Gaiman & Kubert – 1602


Gaiman & Kubert - 1602

En 1602, l’atmosphère est tendue dans l’entourage de la reine d’Angleterre Elisabeth. Stephen Strange, le magicien de la souveraine perçoit d’étranges phénomènes sur la planète, tandis qu’une rumeur parle de jeunes gens dotés d’incroyables pouvoirs surhumains. De son côté, Sir Nicholas Fury, espion au service de sa majesté, essaye de déjouer les tentatives d’assassinats visant la reine. Une arme mystérieuse, ramenée en Europe par les Templiers et qui pourrait être liée aux mystérieuses tempêtes qui dévastent le monde, est elle convoitée par Le Comte Otto Von Fatalis de Latvérie.

Les huit épisodes de la maxi-série de Neil Gaiman et Andy Kubert se retrouvent réunis dans cette intégrale Marvel Deluxe qui reprend donc les deux premiers tomes de cette saga publiée dans la Collection 100% Marvel, ainsi qu’un bonus contenant croquis et commentaires.

L’originalité de cette série se situe dans la transposition efficace des personnages de l’univers Marvel (Les X-men, les 4 fantastiques, Magneto, Prof. Xavier, Dr. Strange, Otto Von Fatalis, Thor, Daredevil, Spider-Man, Nick Fury, etc.) au XVIIème siècle. Neil Gaiman installe son récit à une époque où l’Amérique est encore à l’aube de sa construction et place des héros comme les X-men dans un contexte historique peu exploité en comics, mais propice à une inquisition contre le paranormal et toutes formes de mutations.

Parsemant son ouvrage de références et clins d’œil multiples à l’univers Marvel, Neil Gaiman (« Sandman« ) imbrique tous les éléments de son histoire avec brio autour d’une intrigue bien construite et efficace. Il faut dire que l’environnement riche en conflits, complots et sortilèges se prête parfaitement au développement de ce scénario prenant et plein de rebondissements. Au-delà d’une mise en place judicieuse, l’auteur va cependant parfois se lancer dans de longues narrations explicatives souvent inutiles, qui viennent quelque peu plomber le rythme de cette aventure passionnante.

Graphiquement, le travail du duo tandem Kubert-Isanove (« Wolverine – Les origines« ) est impeccable, avec un dépaysement tout à fait crédible au temps de la Renaissance et une mention spéciale pour le coloriste d’origine française, Richard Isanove. Passant efficacement de décors de château à de nombreux panoramas et plan larges, le tout peut également compter sur une mise en scène irréprochable.

Malgré une conclusion un peu lourde en explications, cette première apparition des vedettes Marvel il y a plus de 400 ans vaut vraiment le détour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :