Frank Miller – Sin City, Cet Enfant de Salaud


Sin City Miller FrankMême si chronologiquement ce tome se situe avant les 3 premiers tomes et que chaque tome peut se lire indépendamment, je comprends que certaines personnes qui n’ont lu que ce tome, n’aient pas trop aimé.

Ceux qui, par contre ont commencé cette série par le premier tome connaissent déjà la ville de Sin City et ne s’étonne pas du raisonnement primaire et destructeur des personnages et de l’environnement corrompu, glauque et foncièrement sombre de Sin City. Ils n’ont pas besoin d’explications sur les motivations de Hartigan, car ils savent qu’elles se situent au coeur même de l’esprit de Sin City.

Le personnage central de ce tome est Hartigan, le seul flic non corrompu de Sin City. C’est son dernier jour de service avant la retraite et pourtant il va défier la famille la plus puissante de Sin City pour sauver une petite fille de onze ans nommé Nancy.

Hartigan, pétant les plombs, faisant sortir son instinct bestial et repoussant les limites de son corps, fait fortement penser à Marv du premier tome. Tout comme Marv, il aura les couilles de s’attaquer à la famille la plus puissante et la plus malsaine de Sin City : les Roark. Marv s’était attaqué au Cardinal Roark, Hartigan, lui, va s’attaquer au Sénateur Roark et à son sadique de fils. Tout comme dans le premier tome on retrouvera d’ailleurs la ferme des Roark, épicentre de tous les vices de cette famille.

On prendra également plaisir à croiser d’autres personnages des tomes précédents, comme Dwight (et ses problèmes relationnels avec Ava) et Shelly. Mais on découvrira surtout le passé de Nancy Callahan, la danseuse au lasso, à qui Frank Miller aime dédier des planches entières de toute beauté depuis le début de cette série.

Le titre original de ce tome étant «This Yellow bastard», on comprend également mieux l’ajout d’une troisième couleur, alors que les autres tomes ne contrastaient que le noir et le blanc. Et puis, le contraste de deux couleurs, plus l’ajout du jaune pour faire ressortir des éléments et un personnage principal qui a des problèmes cardiaque, moi ça me fait fortement penser à une autre série assassine

Aaah Sin City : Violence gratuite, corruption jusqu’à la moelle, une narration pleine de sentiments bruts qui va racler au plus profond de la psychologie des personnages et un dessin où le blanc et le noir continuent de s’affronter de planche en planche pour un combat graphique de toute beauté.

Exquis !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :