Frank Miller – Sin City, Le Grand Carnage


miller sin cityL’orage se rapproche de Sin City, cette ville glauque où putes, truands et flics véreux font la loi et où les cadavres se ramassent à la pelle. Une ville où un quartier en particulier est plus mortel que les autres, un quartier où même les flics ne s’aventurent pas : la vieille ville.

Une ville que l’on croyait sans règles, une ville où l’on pensait que tout était permis, mais ce troisième tome vient prouver le contraire. Il y a bien certaines choses à ne pas faire à Sin City, certains accords à respecter si on ne veut pas compromettre l’équilibre fragile qui règne entre bandits, flics corrompus et catins, certaines choses qu’il faut éviter de faire si on ne veut pas provoquer un Grand Carnage !

Dans ce tome Miller va moins se focaliser sur un personnage afin de mieux explorer les bas-fonds de la vieille ville et de mettre à jour certains accords qui régissent cet univers plein de perversion. Un univers où l’on va cependant retrouver certains personnages des tomes précédents.

Il y a d’abord ces putes tueuses (Gail, Miho, Manute, etc.) qui règnent sur la vieille ville et qui vont jouer un rôle central et ravageur dans cette histoire. Et puis il y a Dwigth Mc Carthy du tome précédent. Mais ce n’est plus le Dwight détective privé qui chasse les couples infidèles et qui se laisse mener par le bout du nez par Ava. Non, le Dwight dans ce tome est différent psychologiquement et aussi physiquement, car il a même un nouveau visage.

Et même si c’est à nouveau à cause d’une femme (Shellie en l’occurrence) que le personnage principal va se voir embarquer dans une histoire sanglante, contrairement aux tomes précédents le personnage principal ne va pas péter les plombs. Alors que dans les tomes précédents la haine et la bête sauvage jaillissaient hors du personnage central, on trouve ici un Dwight plutôt calculateur, aux actions réfléchies. C’est aussi le premier tome sans Marv, un Marv plus impulsif et charismatique que Dwight et qui manque cruellement à ce tome pour ma part.

Ce qui n’a pas changé par contre, c’est la narration divine (ou faut-il dire endiablée) de Frank Miller, ainsi que sa maîtrise graphique incroyable. Des nouvelles scènes exquises sous la pluie battante tout comme dans le premier tome, des femmes aux silhouettes aguichantes et lumineuses qui sortent de l’obscurité répugnante de Sin City. Des contrastes de noir et de blanc, de lumière et d’ombres découpés avec violence et dynamisme de la première à la dernière page.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :