Kazuo Koike – Lone Wolf and Cub T6


lone wolf & cubDerrière cette nouvelle couverture signée Frank Miller, le lecteur retrouve à nouveau cinq histoires courtes aussi diverses qu’excellentes.

La première histoire (Esprits au fil de l’eau), où l’on retrouve Ogami en tant que spectateur, est surtout intéressante au niveau des coutumes et du sens de l’honneur. D’ailleurs, notre héros n’apparaît également qu’à la fin de la deuxième histoire (Les rabatteurs), où Daigoro se fait kidnapper par des escrocs qui usurpent l’identité de son père afin de subtiliser l’argent d’un contrat.

La troisième histoire (Famine) est vraiment touchante car elle installe une relation affective entre Diagoro et un petit chien. Alors que les paysans sont affamés, Ogami s’occupe du despote local qui affame son peuple tout en entraînant son art martial sur des chiens. Un récit qui mêle action, émotion et tendresse.

La quatrième histoire (Le bouclier et le château) livre non seulement une fresque historique remarquable, mais démontre une nouvelle fois qu’Ogami n’a rien perdu de son sens de l’honneur de samouraï, même s’il est maintenant un rônin ayant choisi la voie de la violence. Ce conflit entre le han d’Iwakidaira et le shogunat reflète à merveille le contexte politique de cette époque marquée par de nombreuses querelles entre seigneurs voisins. De plus, de par son passé, Ogami est l’homme idéal pour comprendre les sentiments qui animent le han d’Iwakidaira. Ce récit n’est donc pas seulement d’une grande richesse historique, il fait également resurgir le passé d’Ogami, ainsi que son âme de samouraï, son sens de la justice et son respect profond pour l’art de la guerre. Et oui, Ogami n’est pas uniquement une brute insensible qui décime tous ses adversaires sans sourciller …

A cause de ce contrat pour le han d’Iwakidaira, Ogami va non seulement mettre sa vie en danger, mais également se mettre les ninjas du clan Kurokuwa à dos. Les conséquences sont d’ailleurs visibles dans la dernière histoire (Sur le pont). Un récit également très touchant qui démontre la force des liens qui unissent ce duo étrange composé d’Ogami Itto et de son fils de trois ans.

Fabuleux !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :