Andreyko – Les enquêtes de Sam & Twitch T1


Sam & twitchAprès avoir lu les six excellents tomes de « Sam and Twitch« , édités chez Semic, c’est très logiquement que je me m’attaque à « Sam and Twitch (Les enquêtes de)« , édité dans la collection Contrebande de chez Delcourt. Sam et Twitch sont des personnages créés par Todd McFarlane dans les pages de la série Spawn. Cet album s’attaque en fait à la seconde série spin-off de Spawn dédiée aux deux détectives : « Casefiles: Sam et Twitch ».

Alors que les intrigues de la première série des deux héros de Todd McFarlane étaient signées Brian Michael Bendis (« Torso« , « Powers« , « Daredevil », « Goldfish« , « Jinx« ), c’est Marc Andreyko (coscénariste de Bendis sur « Torso« ) qui prend l’intrigue de l’histoire principale à son compte.

Dans Squelettes, c’est le passé de Sam Burke qui resurgit et le mêle à une sombre histoire se déroulant dans les plus hautes sphères de la politique américaine. Les deux inspecteurs intègres de la police de New York que tout oppose, Sam Burke et Twitch Williams, continuent d’être l’intérêt majeur de cette excellente série que tout amateur de polars se doit de lire. Ils sont vraiment attachants dans leur ténacité à vouloir élucider des événements qui les dépassent. Les deux se connaissent parfaitement, se complètent, s’apprécient et se font confiance.

Un autre élément important à noter dans cette nouvelle aventure est l’absence de fantastique, qui permet à Marc Andreyko de se concentrer sur le polar pur et dur, tout en abordant des sujets de société comme l’homosexualité et les relations familiales. L’histoire principale va en effet mettre en avant les méfaits d’un père prêt à tout pour asseoir la carrière politique de son fils, tandis que le court récit qui clôture l’album s’attaque à la relation entre Sam Burke et son frère. Une deuxième histoire de Steve Niles (« 30 jours de nuit« ) très plaisante, qui contribue à développer la psychologie de Sam Burke. Un autre point fort de ce tome (et de la série en général) est d’ailleurs la justesse des dialogues. Une narration drôle et percutante qui permet un développement psychologique fouillé de ses personnages, tout en s’autorisant par moments quelques touches d’humour bien dosées.

Graphiquement, j’ai initialement un peu regretté la colorisation des albums Semic et ces pages plus agréables au touché. Mais finalement, le dessin noir et blanc à l’aspect granuleux de Paul Lee contribue à l’ambiance polar pur et dur de cette histoire. Une ambiance bien sombre et un équilibre somptueux entre rebondissements et psychologie.

Excellent !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :