Frank Miller – Daredevil Intégrale 1983


DaredevilLintegrale3MillerEn reprenant les épisodes #185 à #191 du run de Frank Miller sur la série régulière, deux épisodes (#220 et #226) dont l’intrigue est co-signée par Miller et un épisode #219 dessiné par John Buscema, cette troisième intégrale conclût l’incontournable run du célébrissime Frank Miller sur la série.

Commençons tout d’abord par deux remarques concernant la couverture. Premièrement, pourquoi utiliser la couverture de l’épisode #171, repris dans l’intégrale 1981 ? Deuxièmement, cet album estampillé 1983, ne contient que deux épisodes datant de 1983 et cinq datant de 1982, alors que l’intégrale 1982 s’amusait encore à ajouter des histoires d’un niveau discutable et datant de 1981 en fin d’album ? Avouer qu’il y a de quoi perturber le lecteur. Mais bon, si l’on fait abstraction de ces frasques cosmétiques, cette troisième intégrale s’avère à nouveau absolument indispensable !

Les deux premières histoires sont encore un peu légères avec tout d’abord un Foggy Nelson assez amusant qui se prend pour un grand détective dans « Guts » (#185) et l’Homme aux Echasses qui se fait piquer son armure par Turk dans « Stilts » (#186).

La suite (#187-189) monte déjà d’un cran avec un Daredevil qui perd le contrôle de ses sens, le retour de son mentor Stick et la présence de la Veuve Noire, de Kirigi et des Chastes au sein d’une intrigue animée par la Main et ses ninjas. Rythmés par les affrontements, dont un superbe combat en ombres chinoises sur fond rouge, ces épisodes sont également marqués par la tournure désastreuse que prend la relation amoureuse entre Matt et Heather Glenn, ainsi que par un empoisonnement mortel et un sacrifice remarqué.

Puis vient la fin du run de Frank Miller avec deux épisodes brillants. Le premier, intitulé « Resurrection » (#190), marque le retour de la splendide ninja grecque nommée Elektra Natchios et dévoile une partie de son passé. Le deuxième, intitulé « Roulette » (#191), propose un dialogue exquis entre Daredevil et son ennemi juré, le tueur psychopathe d’une précision extrême nommé Bullseye. Cette discussion sur l’influence de la violence sur les jeunes entre un Daredevil éprouvé par les événements et un Bullseye comateux est une petite perle qui conclût de bien belle manière l’incontournable run de Frank Miller sur cette saga.

Viennent ensuite deux épisodes (#220 et #226) dessinées par David Mazzucchelli, qui permettent donc de réunir ce duo d’exception qui publiera plus tard la saga « Batman – Année 1 ». Le premier récit permet de faire le ménage dans la vie affective de Matt Murdock alors que le second fait office de prélude à la fameuse saga « Born Again ». Pour ceux que ça intéresse, cette saga, qui est l’une des meilleures de Daredevil, est reprise dans le récent Marvel Omnibus « Daredevil par Frank Miller« . Notons d’ailleurs que cet épisode #226 (« Warriors ») est également repris dans ce Marvel Omnibus, ainsi que le dernier épisode, intitulé «Badlands» (#219), qui est probablement le plus dispensable de cette intégrale.

Bref, si vous aimez Daredevil ou que vous voulez lire du grand Frank Miller, ces trois intégrales et l’Omnibus « Daredevil par Frank Miller » sont des lectures totalement indispensables !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :