Dominique Goblet – Faire Semblant C’est Mentir


Dominique Goblet - Faire Semblant C'est MentirQue de sentiments partagés après la lecture de cet album !

D’un côté j’ai trouvé le dessin assez rebutant, mais ai été charmé par la colorisation et certains concepts narratifs intéressants (les fantômes du conjoint, les paroles du père, etc). De l’autre, j’ai trouvé l’histoire souvent trop anecdotique, voire nombriliste, mais ai pourtant été touché par l’authenticité de plusieurs passages.

Il aura fallu douze ans à Dominique Goblet pour mener à bien ce projet autobiographique. Un laps de temps important qui explique sans doute les changements graphiques en cours de lecture, passant d’un dessin enfantin assez rebutant à des ambiances graphiques plus réussies. L’objet en lui-même, pourvu d’une reliure en papier toilé donne d’ailleurs l’impression de sortir une vieille histoire du grenier tandis que le trait enfantin donne l’impression de revisiter des souvenirs d’enfance. L’aspect brouillon, la simplicité du trait, les changements de style et le manque de perspective m’a un peu dérangé, même si je dois reconnaître que l’ensemble, rehaussé par une colorisation adéquate, confère une ambiance intéressante au récit.

Au niveau de l’histoire, l’auteure entremêle deux récits en oubliant de lier l’ensemble. Il y a d’une part, l’histoire de ‘papy moustache’, un (grand)père ayant des liens plus étroits avec l’alcool qu’avec sa descendance et de l’autre, un compagnon hanté par son ex. Si la seconde histoire est co-scénarisé par Guy-Marc Hinant, l’ensemble met en scène les relations de Dominique avec deux hommes sensés être beaucoup plus proches d’elle. L’un n’a jamais su nouer les bonnes relations avec sa fille et l’autre n’a jamais su garantir une relation exclusive à sa compagne. Au fil des pages, l’un fait semblant de ne rien voir tandis que l’autre fait semblant d’aimer. Des semblant qui finissent par masquer la réalité et des personnages qui au final, ne font que mentir, à eux-mêmes et à leur entourage. Etalant lâcheté et relations humaines, l’auteure livre quelques passages forts, mais pas vraiment d’ensemble cohérent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :