Robledo & Toledano – Ken Games


ken gamesPierre Fermat, étudiant en mathématiques, et Thierry-Jean Feuille, son meilleur ami depuis la fac, ont pris pour habitude de se rencontrer de temps à autre, en souvenir du bon vieux temps. C’est lors d’un de ces rendez-vous que T.J. présente la nouvelle femme de sa vie : Anne Parilou. Si le courant passe bien entre le matheux, le cador de la finance et la jeune institutrice, cette relation amicale dissimule pourtant de nombreux secrets inavouables. Entre les combats de boxe de Pierre, les donnes de poker de T.J. et les histoires d’école maternelle d’Anne, s’installe un jeu de faux-semblants assez périlleux. Toute vérité n’est pas bonne à dire !

A l’instar de Raule et Roger (Jazz Maynard) et de Guarnido et Diaz Canales (Blacksad), également issus du filon ibérique de Dargaud, José-Manuel Robledo et Marcial Toledano font leurs premiers pas sur le marché français avec cette trilogie intitulée Ken Games. Basé sur un développement en trois tomes, un consacré à chacun des héros, et construit autour de mensonges, initialement anodins, ce polar dévoile son potentiel au fil des pages. Tout en accompagnant une intrigue qui met un peu de temps à se mettre en place, le lecteur en apprend plus sur les liens qui unissent les personnages et sur l’ampleur des secrets qui risquent de tout compromettre. Si, arrivé en fin d’album, le double jeu des trois comparses s’avère déjà bluffant, il est clair que José Robledo a encore plusieurs cartes à abattre pour les deux tomes suivants.

S’il n’est pas évident de qualifier le style aux nombreuses influences de Marcial Toledano, il s’inscrit néanmoins dans cette veine « ibérico-talentueuse » qui alimente depuis un certain temps le catalogue de l’éditeur et fait souffler un vent de fraîcheur sur le neuvième art franco-belge. Alliant l’efficacité d’Óscar de la Hoya, la précision d’Evander Holyfield, l’audace de Prince Naseem Hamed et la force de Mike Tyson, le coup de crayon du jeune dessinateur espagnol fait souvent mouche et a de quoi mettre KO certains vieux renards aux gants plus usées. Si le visage du personnage principal manque un peu de punch et d’humanité, le graphisme soigné et dynamique a cependant tout pour plaire.

Avec un deuxième tome prévu dès le mois d’août, il ne faudra pas attendre longtemps pour vérifier si les points engrangés lors de ce premier round seront de bon augure pour la suite du combat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :