Marjane Satrapi – Persepolis


Marjane Satrapi persepolisHonnêtement je n’avais pas trop envie de l’acheter cette bande dessinée. Le petit format, la couverture souple, les dessins enfantins, le titre et la couverture qui n’incitent pas vraiment à la lecture. Sans parler de la notoriété de la bande dessinée iranienne vis-à-vis de manga, comics et autres envahisseurs du neuvième art.

Qu’une fatwa soit prononcée sur tous les imbéciles qui auront encore de tels préjugés sur cet album après la lecture de cet avis !

Commençons par l’auteur, Marjane Satrapi, née en 1969, qui a grandi à Téhéran et qui a eu un jour la bonne idée de venir à Paris. Elle y rencontre Christophe Blain et surtout David B. qui demandera à Marjane ce qu’elle attend pour produire le premier album de bandes dessinées iranien sur base de son histoire personnelle et qui fait d’ailleurs la préface de l’album. Un David B. que Marjane Satrapi remerciera lors de la réception de l’Alph-Art « Coup de coeur » d’Angoulême en 2001 et dont on sent clairement l’influence au niveau graphisme.

Un graphisme minimaliste en noir et blanc qui sied parfaitement à ce récit autobiographique. Tout d’abord parce que la narratrice est une enfant de dix ans et qu’à cet âge là on voit souvent les choses en noir et blanc et que le dessin enfantin colle parfaitement à cette narration assez naïve. Ensuite, la révolution islamiste iranienne n’a vraiment pas grand-chose de réjouissant et n’a donc pas besoin d’être affiché en couleurs.

Dans ce premier tome Marjane va relater le début de la révolution islamiste iranienne à travers son regard d’enfant. Elle va retracer une partie de son enfance et de l’histoire de sa famille, leur participation à la révolution qui aboutira à la fin du régime du Shah et les conséquences du nouveau régime de terreur, jusqu’au début de la guerre avec l’Irak.

Au lieu de vivre ces événements à travers les médias, on va les vivre de l’intérieur, à travers le regard d’une enfant de 10 ans. Le récit touchant, honnête, intime, courageux, lucide et clairvoyant nous livre une image nouvelle de cette page capitale de l’histoire du Moyen-Orient. Quelques 60 pages non dépourvues d’humour, qui nous ouvrent les yeux sur un pays qui n’a pas fini de marquer l’histoire.

Un récit limpide et plein de fraîcheur qui a bouleversé ma perception (médiatiquement influencé) de ce pays. Un sujet difficile, traité de façon admirable, pour un tome qui m’incite finalement à réfléchir sur les actualités du moment.

2 Réponses to “Marjane Satrapi – Persepolis”

  1. […] Dernière halte aujourd’hui du côté des Fauves d’Or avec NonNonBâ, un album qui a retenu notre attention puisqu’il s’agit du seul manga à avoir obtenu ce Prix (toutes appellations confondues) en 2007. Au risque de vous étonner Messieurs Dames, l’arrivée en France des œuvres de Shigeru Mizuki a bien plus marqué le Jury d’Angoulême que celles de Jiro Taniguchi ou d’Osamu Tezuka ! Comme vous l’avez peut-être constaté, nous avons été soucieux de représenter les différentes décennies de ce Fauve : Les Cités obscures pour les années 1980, L‘Histoire du corbac aux baskets pour les années 1990, NonNonBâ pour les années 2000. Cette décennie marque un virage dans les consécrations délivrées aux productions étrangères. Depuis la création du Prix en 1976, la distinction « Album français »/« Album étranger » disparaît pour le faire plus qu’une seule récompense « Meilleur Album ». Depuis 2000, sept lauréats sont des auteurs étrangers (Shaun Tan, Carlos Nine, Marjane Satrapi…). […]

  2. […] œuvres. Les souvenirs d’un parent dans Maus, la vie personnelle au milieu des siens dans Persepolis ou Broderies, l’évocation d’un drame familial (L’Ascension du Haut-Mal) ont été le moteur […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :