Shaun Tan – Là où vont nos pères


Là où vont nos pèresUn homme fait sa valise et quitte ses proches avec l’espoir de trouver une vie meilleure au bout du voyage. Un père de famille qui emballe soigneusement un cadre représentant les deux personnes qu’il abandonne péniblement sur le quai d’une gare : sa femme et sa petite fille. Le train et puis le navire l’emmènent vers l’inconnu, sur les traces de tous ceux qui ont fait le voyage…

Cet album (The Arrival, de son titre original) de la collection Long Courrier est signé Shaun Tan, un illustrateur et auteur indépendant d’origine sino-australienne qui s’est vu décerner le prix du meilleur artiste aux World Fantasy Awards de Montréal en 2001. Inspiré par l’histoire de nombreux émigrants, dont celle de son père, il livre un one-shot qui invite à découvrir le parcours d’un homme contraint de tout quitter afin d’assurer un plus bel avenir aux siens.

Découpée en chapitres bien distincts, accentuant les différentes étapes de cette errance qui se veut malheureusement d’actualité, cette œuvre ne sombre jamais dans le pessimisme et le drame. Sans pour autant fermer les yeux sur le déchirement familial et les difficultés d’adaptation, l’auteur porte résolument son message vers l’espoir et l’optimisme, allant peut-être jusqu’à donner une image trop idéalisée de l’immigration.

Si le thème est universel, le langage utilisé et l’univers onirique vont également au-delà des frontières. Le désarroi face à la découverte d’un autre monde, d’une autre culture et les obstacles de l’intégration sont amplifiés par le choix d’un monde imaginaire, mélange de féerie et de surréalisme. Entièrement muet, ce roman graphique permet toutefois de donner la parole à tous ces exilés qui se retrouvent perdus en terre lointaine.

Le dessin dans les teintes sépia situe cette aventure humaine en dehors du temps, avec des tons qui semblent révéler un voyage d’autrefois et des décors qui pourraient être ceux de demain. Jouant avec l’échelle de ses plans, ce dessinateur hors pair passe habilement du détail le plus infime à des illustrations sur double page. Fruit d’un travail de quatre ans, la force graphique qui se dégage de cette œuvre intemporelle permet de rendre tout texte superflu et d’accompagner ces pères dans le silence.

Une BD silencieuse qui mérite de faire beaucoup de bruit !

Lisez également l’avis de Badelel sur K-BD !

Publicités

Une Réponse to “Shaun Tan – Là où vont nos pères”

  1. […] Lunch. "Une BD silencieuse qui mérite de faire beaucoup de bruit !" selon les propos de Yvan. C’est pour moi un livre qui mérite pleinement son prix du meilleur album à Angoulême en […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :