Greg Rucka – Queen and Country T7


Queen & CountryS’il y a une chose que la série « Queen and Country » parvient à démontrer, c’est à quel point les films de James Bond sont mensongers.

Non, le métier d’agent secret n’a rien d’attirant. Luttes intestines, problèmes de recrutement, difficultés avec la hiérarchie et relations tendues font parties des obstacles journaliers rencontrés par les membres des sections spéciales britanniques. Les protagonistes ne sont pas des super-héros, mais des gens qui doivent faire face à une réalité que le commun des mortels ignore. A l’inverse du 007 qui apparaît frais comme un lièvre au début de chaque mission, les agents secrets de « Queen and Country » démarrent chaque histoire, avec l’addition de la précédente encore bien gravée dans la mémoire. Et si cette addition est particulièrement salée, ce n’est pas dû aux coûts des gadgets high-tech ou au nombre élevé de vodka-martini shaken, not stirred ingurgités aux frais de la reine. Si le principe de cette série repose sur des récits indépendants, l’évolution psychologique des personnages au fil des aventures constitue bel et bien l’un de ses principaux intérêts. Et, si chaque tome débute par une nouvelle mission, les acteurs trimballent donc un passif de plus en plus lourd à porter au fil des tomes.

Alors que James termine chaque mission entouré d’une créature de rêve et de champagne, dans un endroit idyllique, Tara termine souvent seule et complètement dévastée psychologiquement. On a beau à chaque fois se dire qu’elle ne tombera pas plus bas, au tome suivant, Rucka parvient toujours à enfoncer son héroïne un peu plus loin dans la misère.

Quant aux deux principaux facteurs qui empêchent certains bédéphiles à se lancer dans cette série …

Le dessin sans fioritures des tomes précédents fait ici place au style plus sombre et plus détaillé de Chris Samnee (« Capote in Kansas »). On est certes toujours dans le noir & blanc, mais cette fois le travail est irréprochable. De plus, on a toujours droit à ces cadrages exemplaires, à ces non-dits, ces regards implicites et ces longues pauses, qui accompagnent toujours admirablement les sentiments de ses protagonistes.

Reste cette couverture souple qui rebute certaines personnes qui continuent sans doute de croire qu’on ne mange bien qu’avec des couverts en argent : ils se trompent !!! « Queen and Country » est une série qui se mange à toutes les sauces et c’est un vrai régal, du premier au dernier tome !!! Il est grand temps de vous mettre à table !

Greg Rucka - Queen and Country T7Lisez également l’avis à plusieurs mains de K.BD !

Publicités

Une Réponse to “Greg Rucka – Queen and Country T7”

  1. […] dans l’intimité du récit en donnant progressivement du poids aux personnages. Pour ma part, Queen & Country est la meilleure série d’espionnage que j’ai eu l’occasion de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :