Will Argunas – Missing


MissingDeux flics interceptent un individu plutôt louche à bord d’une voiture volée dont le coffre contient une couverture pleine de sang. Pendant la garde à vue du suspect, Franck, flic aux antécédents violents et hanté par la disparition de sa fille Emmy, semble péter un fusible. Joe fera tout son possible pour contenir la colère et la douleur de son collègue, mais sera vite dépassé par la tournure dramatique des événements …

Missing, titre évocateur faisant frémir tout parent qui se respecte, repose fondamentalement sur une disparition d’enfant. Si le terme anglophone est universel, cette Amérique profonde se prête particulièrement bien au développement de ce polar sombre. Un décor américain enneigé qui fait penser à Fargo, un pays de libertés prônant la justice individuelle et le port d’armes, venant faire écho aux dénonciations de Bowling for Columbine et rendant cette spirale de violence quasi inéluctable.

Démarrant par un banal contrôle de police, ce récit bascule très vite vers une descente aux enfers, tout en reprenant quelques classiques du genre, comme l’interrogatoire musclé dans une salle mal éclairée en compagnie d’un bon et d’un mauvais flic ou la scène glauque au fond d’une cave qui fait penser à un passage de Pulp Fiction. Reposant sur une narration qui fait mouche, une atmosphère pesante et une construction efficace à l’aide de flashbacks bien dosés, ce thriller prenant fait honneur aux déchéances du pays de l’Oncle Sam.

Le trait hachuré de Will Argunas vient accentuer la brutalité et la noirceur de son scénario. Des planches griffonnées qui, à l’image du dessin de Vince Locke dans A History of Violence, auraient pu se contenter d’un contraste de noir et de blanc, rendant cette colorisation réalisée par le Studio Licorne éventuellement superflue. Une couverture éloquente et des dessins d’enfants, intercalés entre les scènes, renforcent encore l’horreur de cette partie suggérée de l’histoire, dont découlent ces actes sanglants.

Avec près de 130 pages, ce one-shot au découpage cinématographique et au format réduit de la collection KSTR saura ravir les amateurs d’histoires fouillées et de BD à petit prix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :