Blain – Quai d’Orsay


Dans les coulisses du Quai d’Orsay !

Quaie d'Orsay BlainÉtant grand fan de la série télévisée The West Wing, j’ai été véritablement happé par cet album d’Abel Lanzac et Christophe Blain.

C’est en suivant les pas d’Arthur Vlaminck, fraîchement engagé par le Quai d’Orsay pour servir de scribe au ministre des affaires étrangères, que le lecteur se retrouve au cœur d’une machine politique lancée à toute vitesse. Un univers bouillonnant et impitoyable, dont on découvre enfin les coulisses. Au commande de cette locomotive diplomatique, on découvre le ministre Alexandre Taillard de Worms, personnage visiblement inspiré de Dominique de Villepin. Croisement entre un moulin à paroles et un véritable courant d’air, l’homme, épris de belles phrases, vit au rythme de l’urgence politique et inonde ses interlocuteurs d’envolées lyriques. Dans son sillage, le cabinet ministériel tente désespérément de rester accroché au bon wagon, retravaillant les discours après chaque virage du pilote, afin de plaire à certains sans froisser les autres. Un exercice périlleux ayant pour enjeu l’image du ministre … et de la France.

Ayant travaillé dans plusieurs cabinets ministériels, Abel Lanzac nous emmène dans la frénésie des coulisses de l’univers politique et invite à découvrir le fonctionnement des organisations qui gravitent autour des hommes d’Etat. Si l’ambiance qui y règne est parfaitement rendue, les dialogues ciselés du scénariste sont également emplis d’humour et de cynisme.

Graphiquement le trait nerveux de Blain se place au diapason de la tension qui règne au sein du cabinet ministériel. Sa représentation légèrement burlesque du ministre est magistrale et fait ressortir le dynamisme et le côté théâtral de ce personnage qui, gesticulant à l’image d’un chef d’orchestre, bat la mesure politique de toute une équipe. Et pour couronner ce graphisme plein de panache, l’auteur ajoute des allusions à Darth Vador et à X-Or qui sont assez désopilantes.

Qui a dit que la politique était soporifique ?

4 Réponses vers “Blain – Quai d’Orsay”

  1. Un excellent album oui. Ce que je retiens surtout, c’est le rythme du découpage, incroyablement prenant, et qui a fait que je n’ai pas décroché de l’album avant la fin. Impressionnant de la part de Blain.

  2. Yep, et puis intéresser un Belge à la politique française, il faut le faire 🙂

  3. C’est donc encore un meilleur album. ^^ Ceci dit, je n’ai aucun mal à me passionner pour la politique belge moi. >C’est quand que vous nous rejoignez, les wallons? ^^

  4. […] forte dynamique et grandes enjambées, on retrouve ici un peu du charme du très célèbre Quai d’Orsay. Ne vous attendez pas pour autant à un chef d’œuvre : le dessin manque de maturité pour […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :