Jouvray & Salsedo – Nous ne serons jamais des héros


Jouvray & Salsedo - Nous ne serons jamais des héros« Nous ne serons jamais des héros » est l’histoire d’un père et d’un fils qui se retrouvent, le temps d’un voyage à travers le monde.

Le fils est un glandeur qui ne sait pas quoi faire de sa vie. Vivant de petits boulots, scotché à sa télé, Mick est un loser qui incarne une génération qui a du mal à se lancer des défis. Le père, handicapé et imbuvable depuis l’accident qui coûta la vie à leur mère, est un emmerdeur pas possible. Sur un caprice du père, les deux partent faire un tour du monde qui m’a par moment fait penser à «The Bucket List», le film avec Jack Nicholson et Morgan Freeman.

Le conflit entre les deux personnages est ici générationnel avec, d’un côté, une génération glandouille sans véritable combat à mener, et de l’autre, celle qui a connu la guerre et Woodstock. Pour le fils, le voyage est surtout initiatique, car il lui permet de sortir de son salon, d’ouvrir les yeux sur les richesses du monde et de trouver un but dans la vie. Le voyage de Charles est plutôt nostalgique, car c’est celui qu’il fît jadis avec sa femme. Au fil des rencontres, des souvenirs, des découvertes, des discussions et des engueulades les deux hommes vont se rapprocher et sortir grandis du voyage. Si le récit proposé par Olivier Jouvray ne décolle pas vraiment, il s’avère touchant et les personnages, malgré un côté légèrement trop caricatural, s’avèrent très attachants.

Au niveau du dessin, c’est avec grand plaisir qu’on retrouve les frères Salsedo, Frédérik (dessin) et Greg (couleurs). Les deux artistes de la série « Ratafia » (que vous devez d’ailleurs absolument lire) nous emmènent dans un tour du monde qui passe par la Réunion, New York, San Francisco, le Vietnam, l’Inde et le Maroc et alternent donc les décors au fil des pages. Malgré quelques yeux qui sortent des orbites, le dessin se veut néanmoins moins caricatural que dans « Ratafia », mais insuffle tout de même beaucoup de légèreté au récit. Les deux s’essayent également à un dessin au lavis qui est vraiment superbe et dont on apprécie particulièrement le rendu lors de pleines pages splendides.

Un voyage sympathique, dépaysant et touchant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :