Saphia Azzeddine – La Mecque-Phuket


Dernier round de Saphia !

Saphia Azzeddine - La Mecque-Phuket Après « Confidences à Allah » et « Mon père est femme de ménage« , « La Mecque-Phuket » est le dernier volet de cette trilogie coup-de-poing de Saphia Azzedine.

Si j’avais particulièrement apprécié le premier (qui a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation théâtrale saluée par la critique) et un peu moins accroché au second, j’ai à nouveau dévoré ce troisième roman, toujours aussi juste, mais beaucoup plus drôle que les deux précédents.

L’auteure décrit intelligemment le quotidien de jeunes français issus de l’immigration, qui sont partagés entre le respect des traditions familiales ancestrales et les tentations qu’offre la vie occidentale moderne. Partagée entre la réalisation des souhaits des anciens et ses propres aspirations, l’héroïne de ce récit est placée devant un choix très simple, mais qui résume parfaitement la complexité de cette existence à cheval entre des racines profondes et les envies de toute une génération de jeunes Français : La Mecque et ce fameux pèlerinage que tout bon musulman se doit de faire ou Phuket et ses plages exotiques ? Le Paradis Divin ou le Paradis Terrestre et immédiat, bien loin des HLM de banlieue ?

La question peut paraître simple, mais l’image est judicieusement choisie et permet à Saphia Azzeddine de partager sa vision sur l’islam et sur les jeunes Français d’origine maghrébine en général et sur la place de la jeune fille fière et musulmane en particulier. L’écriture se veut moderne, souvent drôle et jamais moralisatrice. Le style direct, conservé tout au long de cette trilogie, allie finesse et rudesse et me plaît énormément !

Un petit extrait:

– On dirait que tu t’en fous de la meuf qui s’est fait asperger avec de l’acide.
– Je ne m’en fous pas mais elle a assez de ses deux yeux pour pleurer. Pourquoi tu veux que j’aille l’inonder avec mes larmes?
– Pfff n’importe quoi… C’est bien d’être solidaire aussi.
– Je serai plus utile à cette fille avec une tête bien remplie qu’avec des yeux embués crois-moi…

Il y a de quoi chialer, hurler ou aboyer si on s’en tenait aux histoires de ces filles violées, lapidées ou brûlées par de misérables pleutres. De la vermine, des couards, des lâches, des pétochards qui ne tolèrent la femme qu’une fois dedans et la contestent une fois dehors. Mais je me suis toujours méfiée de mes larmes quand elles coulent trop facilement, de celles que je verse devant la télévision et qui assèchent ma réflexion. Il ne fallait plus pleurer. Il était temps de panser et de penser.

3 Réponses to “Saphia Azzeddine – La Mecque-Phuket”

  1. Saphia Azzeddine à travers son héroïne, Fairouz, dans « La Mecque-Phuket », se désole du manque de culture qu’ont certains -j’insiste sur le « certains » car ok pour s’autoflageller mais restons précis- Français d’origine arabo-musulmane sur leur Histoire, ce qui rend leur fierté affichée sans aucun argument. Et pourtant il y a de quoi être fier de leurs ancêtres et quel bel exemple à suivre. Ils sont en France, pays démocratique où l’accès à la connaissance, aux livres et à la culture est facile; malheureusement, ils n’en profitent pas pour évoluer, s’en sortir et donner une autre image d’eux.

    Ce roman a fait l’objet de deux articles sur mon blog, vraiment je l’ai apprécié ( http://libre.over-blog.net/categorie-10972477.html)

    Merci et bonne lecture

  2. J’ai été faire un petit tour sur ton blog. Ca fait du bien de relire quelques passages pertinents.

    Pour le lien, je le remets, car celui ci-dessus ne fonctionne pas:

    http://libre.over-blog.net/categorie-10972477.html

  3. Merci 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :