Ed Brubaker – Criminal, Pauvres pécheurs


Torture psychologique et descente aux enfers d’un criminel intègre !

Ed Brubaker – Criminal, Pauvres pécheursAu fil des tomes « Criminal » s’inscrit comme l’une des références en matière de polar et ce n’est certainement pas ce cinquième volet qui parviendra à la faire tomber de son piédestal !

Malgré des allures de one-shot, chaque nouveau tome produit par le duo Ed Brubaker et Sean Phillips contribue à développer l’univers de « Criminal ». A l’instar de Sin City, l’incontournable série de Frank Miller, chaque tome replonge le lecteur dans les bas-fonds d’une grande ville américaine, où chacun passe son temps à flirter avec les règles du Milieu, souvent du mauvais côté de la loi. Outre cet environnement très terre-à-terre, au sens moral ambigu et à l’ambiance sombre et pessimiste, chaque tome permet de croiser des personnages issus des récits précédents. «Pauvres pécheurs» permet ainsi de retrouver Jake «La Grogne» Brown, l’incontournable barman boiteux de l’Undertown, mais également Tracy Lawless, le personnage central du deuxième volet, qui voulait venger la mort de son frère Rick. Et que dire de ces dialogues réalistes et de cette narration en voix-off qui scrute dans les pensées les plus sombres des protagonistes et leur procure énormément de profondeur ? Brillant !

Le personnage central de ce cinquième volet est donc Tracy Lawless, ancien héros de guerre ayant déserté l’armée et actuellement homme de mains du big boss de la mafia locale afin de rembourser une dette posthume de son petit frère. Si ce dernier détail contribue déjà à le rendre attachant, Brubaker va également s’amuser à brosser le portrait d’un criminel intègre, aux principes et au sens moral incompatibles avec la dureté du milieu. Et comme si cette torture psychologique ne suffisait pas à gâcher le quotidien de notre ami, Brubaker va également le plonger dans une merde pas possible. Car le garçon ne doit pas seulement mener une enquête foireuse, il couche également avec la femme de son boss et est recherché par l’armée … un vrai conte de fées !!!

Et si le fait de retrouver un grand habitué du monde du crime (Gotham central, Sleeper), déjà couronné deux fois aux Eisner Awards à titre personnel (Best Writer en 2007 et 2008) et une fois pour cette série (en 2007), aux manettes de cette saga ne vous suffit pas, jeter un œil au graphisme proposé par Sean Philips (« Sept » Psychopathes, « Sleeper ») au dessin et Val Staples à la colorisation. Derrière une couverture à nouveau somptueuse, on retrouve ce dessin réaliste, à l’encrage solide, et mis en valeur par un jeu d’ombres et une colorisation qui contribuent à faire ressortir toute la noirceur du récit et des personnages.

Lisez « Criminal » !!!!

Retrouvez ce comics dans MON TOP 2010 !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :