Bastien Vivès – Polina


L’apprentissage de l’art !

Bastine Vivès - PolinaQuelque part en Russie, une petite fille de six ans s’apprête à passer une audition dans une école de danse prestigieuse. Malgré un manque de souplesse, Polina Oulinov obtient tout de même le droit d’intégrer la célèbre académie du professeur Bojinski. Imposant la crainte et le respect, ce dernier ne laisse d’ailleurs que peu de doutes quant à la méthode qu’il compte utiliser pour les transformer en danseuses étoiles : « La danse est un art, il ne s’apprend pas. Il faut l’avoir dans le sang. Ensuite, il faut travailler. Et avec moi, vous allez travailler tous les jours et croyez-moi, il va falloir vous accrocher ». Vite repérée par le maître, la jeune surdouée entame dès à présent une formation spartiate qui devra l’emmener vers les sommets de la danse classique.

Passer de Pour l’Empire à un récit sur le ballet est une pirouette artistique qui en ferait trébucher plus d’un. Bastien Vivès, étoile montante et grand fidèle du label KSTЯ de Casterman (« Le Goût du chlore« , Elle(s) ou Hollywood Jan), s’en sort cependant avec brio. L’auteur invite à suivre l’émancipation artistique et personnelle d’une danseuse russe en devenir. Étalé sur une vingtaine d’années, le parcours initiatique de Polina (librement inspirée de la danseuse Polina Semionova) est parsemé d’embûches et d’émotions. Dans les coulisses d’un monde fait de rigueur, d’espoirs et de souffrances, Vivès explore les préoccupations, les choix et les passions de cette artiste en devenir. À travers la danse, il s’aventure sur les chemins de la création et propose sa vision de l’art et de son apprentissage. Au cœur d’un récit tout en mouvement, il développe une relation empreinte de respect entre la disciple et son maître. Alors que l’élève gagne en maturité au fil des pages, le mentor, lui, au détour d’une phrase ou d’une remarque, parvient à raviver la flamme artistique, à insuffler le feu et à provoquer ce déclic qui fait progresser au-delà du talent.

Le ballet graphique proposé par l’auteur semble d’ailleurs faire écho aux paroles éclairées du professeur Bojinski : « Les gens ne doivent rien voir d’autre que l’émotion que vous devez faire passer. Retenez bien ça, Polina. Si vous ne leur montrez pas la grâce et la légèreté, ils ne verront que l’effort et la difficulté. ». Usant d’un dessin noir et blanc, rehaussé de gris, et d’un trait qui épouse la grâce des ballerines russes, il donne vie à des protagonistes qui allient souplesse et esthétisme. Délaissant tutus et autres fioritures, il propose une mise en scène efficace et élégante, qui véhicule parfaitement la sensibilité du récit et des personnages.

Arrivé à la fin du spectacle chorégraphique, ce n’est pas une ovation qui retentit, non… pas directement, car il y a d’abord ce moment de silence qui s’accapare de la salle lorsque l’art laisse sans voix !

Bastien Vivès - PolinaRetrouvez cette BD dans MON TOP 2011 !

Venez discuter de cet album sur le forum de BDGest !

Lisez également l’avis à plusieurs mains de K.BD !

Publicités

4 Réponses to “Bastien Vivès – Polina”

  1. Pour infos, le 23 Novembre paraîtra les Melons de La Colère de Bastien Vivès dans la Collection BD cul ! plus de visuels ici http://issuu.com/lesrequinsmarteaux/docs/melonsdelacolere !

  2. […] Yvan, il ne fait aucun doute que Vivès se raconte à travers son héroïne. « Le ballet graphique […]

  3. […] en ont parlé: Yvan, IDDBD, BDGest, Bulles et […]

  4. […] chroniques de Noctenbule, d’OliV, Noukette et Yvan. (Et merci à ma Brune plus si brune pour le […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :