Naoki Urasawa – Happy ! T7


En plein Roland-Garros, Urasawa se prépare déjà pour l’US Open !

Naoki Urasawa – Happy ! T7Qu’y a-t-il de mieux que la lecture d’un tome de Happy en plein Roland-Garros ? Un tome qui fait d’ailleurs honneur au tennis car la majorité du récit se déroule sur les courts.

Il y a tout d’abord Miyuki Umino qui affronte Takana Nikoyama, la sœur jumelle de Wakana, en finale de la coupe Cleopatra. Mais il y a également Keichiro, le fils de Madame Ohtori, qui renoue avec la brique pilée. Si ce retour à la compétition sert surtout à enfoncer encore un peu plus le pauvre Keichiro, c’est la première rencontre qui va rythmer la quasi entièreté de ce tome. Malgré quelques raisonnements peu crédibles (laisser aller un set alors qu’on mène 3 à 0 ?), Naoki Urasawa met en scène une héroïne des plus courageuses, qui se dépasse au fil des points et offre une partie on ne peut plus disputée, ainsi qu’un suspense redoutable.

Même lors des intermèdes, qui se déroulent en dehors des courts et mettent en scène les personnages secondaires de la série, le match d’Umino et le tennis continuent de jouer un rôle prépondérant. Il y a tout d’abord les rumeurs de match truqué qui ne cessent d’enfler, avec un Thunder Ushiyama qui joue très gros sur cette rencontre. Ces passages permettent non seulement d’aborder la thématique des paris truqués, mais permet surtout de découvrir une partie du passé de Thunder. Ce coach au passé chargé, habillé comme un clodo et empestant l’alcool, s’avère souvent plus humain qu’il n’y paraît et apporte un solide plus au récit. On le retrouve ici tiraillé entre son amour pour le sport et son attrait pour le gain.

Il y a évidemment toujours cette bande de yakuza qui met la pression sur Umino et la perfide Choco, dont les bassesses continuent de faire mouche, même si c’est surtout Keichiro qui semble trinquer dans ce tome. Ce dernier semble d’ailleurs être devenu le nouveau souffre-douleur d’Urasawa, alors que le ciel s’éclaircit tout doucement au-dessus de la tête d’Umino. Cette dernière n’est évidemment pas encore sortie de l’auberge et devra encore beaucoup suer avant de pouvoir s’en sortir définitivement.

Et puis, il y a tous les autres personnages secondaires, tels que les entraîneurs, les frères et sœurs d’Umino où le personnage de la Méduse, qui alimentent avec brio les passages plus drôles de ce tome.

La fin de ce septième tome marque également un tournant au sein de cette saga qui relate les déboires tennistiques et privés de Miyuki Umino. Il y a non seulement le changement d’attitude de Madame Ohtori, mais il y a surtout le changement de décor, qui emmène de nombreux protagonistes aux States, à l’aube de l’US Open. Mais, en attendant la tournée US, moi je retourne voir Roland-Garros.

Publicités

2 Réponses to “Naoki Urasawa – Happy ! T7”

  1. J’avoue que le tennis ne m’intéresse guère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :