Garth Ennis – Histoires de guerre


Quatre fictions, mais des atrocités bien réelles !

Garth Ennis - Histoires de guerre Cet album reprend quatre histoires de guerre situées durant la Seconde Guerre Mondiale. Il s’agit de fictions imaginées par Garth Ennis, mais inspirées de faits réels.

Cela débute dans le camp ennemi avec « Le tigre de Johann ». Tandis que l’armée allemande est en pleine débâcle, le soldat nazi Johann Kleist et ses hommes tentent de rejoindre les lignes américaines afin de se faire constituer prisonniers. Le lecteur suit donc une bande de déserteurs esseulés, mais également les pensées et les souvenirs de cet officier allemand plein de remords suite aux atrocités qu’il a commises lors de ce conflit.

Le deuxième récit (« Les tire-au-flanc ») se déroule dans le camp anglais, en compagnie des D-Day Dodgers, surnommés ainsi suite à un discours prononcé par Lady Astor au parlement anglais. Ces soldats traités de tire-au-flanc n’ont pourtant pas vraiment le temps de profiter du soleil méditerranéen, car la bataille s’avère bel et bien sanglante sur le front italien.

Le ton de la troisième histoire (« Les Screaming Eagles ») est déjà plus léger et invite à suivre une patrouille américaine envoyée en reconnaissance pour inspecter la future résidence d’un général. Cette histoire qui se déroule dans une ambiance plus décontractée, au moment où la victoire alliée est imminente, rend hommage à la division aéroportée qui fait les beaux jours de la série « Band of Brothers », mais n’oublie pas de se remémorer le lourd tribut payé par ses hommes, tout en dénonçant les pratiques du haut commandement de l’armée.

C’est un récit naval (« Le Nightingale ») qui vient conclure cet album. Le lecteur y suit l’équipage du HMS Nightingale, lors d’une mission d’escorte visant à protéger les convois alliés entre la Grande-Bretagne et la Russie. Une histoire qui est rythmée par les nombreux dangers qui menacent ce bateau de la Royal Navy : des U-boots aux bombardiers allemands, en passant par le Tirpitz, ce redoutable cuirassé de la Kriegsmarine.

Garth Ennis passe donc d’un camp à l’autre, de la Russie à l’Atlantique Nord, en passant par l’Italie et l’Allemagne et en profite pour faire revivre certains épisodes de la seconde guerre mondiale. C’est au sein de ce contexte historique que l’auteur raconte des histoires d’hommes coincés dans l’horreur de cette guerre sans merci. Si Ennis n’a pas perdu l’art de manier la violence, il délaisse cependant son côté provocateur afin de livrer un récit extrêmement humain. Au fil des pages, il rend hommage au courage de ces hommes, sans oublier de dénoncer l’horreur de cette guerre et la stupidité du haut commandement et des dirigeants politiques.

Pour illustrer le tout, plusieurs dessinateurs de renom mettent leur talent entièrement au service du scénario. Dave Gibbons (Watchmen), David Lloyd (V pour vendetta), Chris Weston (« Royal space force »), Gary Erskine et John Higgins (« Judge Dredd ») se passent ainsi le crayon au fil des récits, dans des styles graphiques finalement pas trop éloignés l’un de l’autre.

Retrouvez ce comics dans mon TOP 2011 !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :