Jeff Smith – Bone


Stupides, stupides rats-garous !

Jeff Smith - BoneCa faisait longtemps que j’avais envie de lire cette série et j’aurais dû m’y mettre beaucoup plus tôt car c’est un petit chef-d’œuvre. Hésitant entre la première version en noir et blanc publiée en 11 tomes et la seconde version en couleur en 9 tomes, je me suis finalement jeté sur l’éditions intégrale (one-volume édition) en anglais : une belle brique en noir et blanc de 1332 pages.

L’histoire débute en compagnie de Fone Bone et de ses cousins, Phoney Bone et Smiley Bone, qui viennent de se faire éjecter de Boneville et se retrouvent perdu dans une étrange vallée peuplée de dragons et de rats-garous. C’est le début d’une extraordinaire aventure !

Si l’histoire débute dans une ambiance joviale et détendue, le ton du récit va s’assombrir au fil des chapitres. Le conte de fée se transforme alors en une épopée rythmée et passionnante où les forces du Bien et du Mal s’affrontent dans une guerre qui remonte à l’origine de la création même de cet univers. Progressivement, le récit abandonne l’atmosphère gentillette des débuts et bascule vers une aventure plus sombre et, alors que le ton se durcit, l’univers proposé par Jeff Smith gagne en complexité.

Le récit est véritablement porté par des personnages extrêmement attachants, qui gagnent en profondeur au fil des pages. Il y a évidemment les trois cousins : Fone Bone, le gentil naïf, fan de Moby Dick et amoureux de la princesse, Phoney Bone, le cupide et machiavélique ex-politicien de Boneville qui recherche le gain dans n’importe quelle situation, et Smiley Bone, dont la stupidité lui garantit une bonne humeur à toute épreuve. Mais il y a également les rats-garous, dont deux exemplaires particulièrement stupides qui parlent de quiches et l’adorable bébé rat-garou Bartleby, adopté par Smiley Bone. Sans parler des humains, dragons et autres nombreuses créatures qui animent l’univers extrêmement riche imaginé par Jeff Smith.

Visuellement, le travail de Jeff Smith est également excellent avec, d’un côté, des créatures assez cartoonesques et, de l’autre, des humains représentés de façon plus réaliste. Les Bones font un peu penser à Casper le petit fantôme et ce côté « Disney », tout en rondeur, contribue à les rendre attachants. Les trois héros sont pourvus d’un gros nez et de bouilles incroyables et l’auteur gère leurs expressions faciales avec une maestria incroyable. Son dessin est assez simple, mais particulièrement vivant et d’une lisibilité exemplaire.

Vous l’aurez compris, mêlant humour, fantasy, aventure, courage, amour, amitié, trahison et suspense, cette saga s’inscrit parmi les meilleures du genre et reçu d’ailleurs le prix de la meilleure série étrangère à Angoulême en 1996.

Retrouvez là d’ailleurs dans mon Best of Comics et dans mon Best of Angoulême.

Publicités

2 Réponses to “Jeff Smith – Bone”

  1. Largement mérité comme réputation ! Par contre, je n’arrive pas à trouver une version noir et blanc (en français), seul la version couleur est vendue désormais !

  2. […] chroniques en lignes : Loula, Yvan, Scarlett, Sidh, Kalev et Diablowagner (qui résume l’esprit de la série dans son […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :