Péru & Cholet – Zombies T2


Revoilà les zombies !

Péru & Cholet - Zombies T2Les amateurs de ce genre initié par «La nuit des morts-vivants» de George Romero en 1969 doivent être aux anges avec toutes ces séries qui pullulent de zombies. De l’excellent Walking Dead à « Zombilenium », en passant par Crossed, c’est un vent de chair putréfiée qui souffle sur le neuvième art.

Après un premier tome très prometteur, ce deuxième volet, intitulé « De la Brièveté de la vie », confirme tout le bien de « La Divine Comédie ». Abandonné sur un cliffhanger de format qui montrait la volonté de l’auteur de n’épargner aucun drame psychologique à ses personnages, le lecteur est d’ailleurs à nouveau immédiatement pris à contre-pied par les premières pages de cet album.

Olivier Peru s’inspire inévitablement des codes du genre et propose un récit finalement assez classique. L’histoire d’une poignée d’hommes et de femmes qui tentent de survivre dans une Amérique livrée en pâture aux zombies, qui voyagent à la recherche de nourriture et de médicaments et qui essayent de rétablir un semblant de civilisation, n’a certes rien de neuf, mais les rebondissements sont nombreux, la psychologie des personnages très soignée et l’ensemble particulièrement maîtrisé.

Le récit est plus dense que lors du premier opus, avec de plus en plus de personnages (et de zombies) au fil des rencontres. Mais malgré des planches plus bavardes, la narration est assez accrocheuse et contribue à ressentir de l’empathie envers des personnages qui prennent de l’ampleur au fil des pages et des drames qu’ils vivent. Si la présence d’enfants et l’espoir de retrouver une petite fille permettent d’insuffler un peu d’humanité au récit, cela permet également d’accentuer encore un peu plus l’horreur de cette survie marquée par la désillusion. Le ton employé par l’auteur est d’ailleurs sans concession et se place au diapason de cet univers post-apocalyptique effrayant de réalisme.

A ce titre, le graphisme de Sophian Cholet mérite également d’être souligner. Combinant ses décors ravagés à des perspectives parfaitement maîtrisées, l’auteur livre un travail remarquable pour une première saga. Il nous offre des planches extrêmement détaillées, qui sont parfaitement servies par la colorisation sombre de Simon Champelovier. Des tons ocres qui accentuent l’atmosphère post-apocalyptique des paysages délabrés, sans véritablement nuire à la lisibilité des planches.

Me voilà donc en appétit pour enchaîner avec le tome 2 de Crossed et le tome 14 de Walking Dead.

Retrouvez cette BD dans MON TOP 2011 !

Visitez également le blog de Sophian Cholet !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :