Cyril Bonnin – La belle image


Questionnements sur les choix de l’existence…

Cyril Bonnin - La belle imageCette adaptation du roman éponyme de Marcel Aymé, paru en 1941, invite à suivre les déboires d’un courtier en publicité qui, du jour au lendemain, se retrouve affublé d’un nouveau visage, beaucoup plus séduisant que le précédent.

À l’instar de l’excellent Quartier Lointain de Taniguchi, c’est donc un élément fantastique inexpliqué qui permet à l’auteur de livrer une quête identitaire pour le moins intéressante. Ici, le héros ne se retrouve pas propulsé dans son propre passé, mais dans son propre quotidien, sous une apparence différente, ce qui donne non seulement lieu à un questionnement sur les choix de l’existence, mais également sur l’apparence.

Le trait classique et élégant de Cyril Bonnin permet de donner vie à ce Paris du milieu du vingtième siècle et sied parfaitement au ton du récit.

Un très bon one- shot !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :