Jean Dufaux & Jérémy – Barracuda, Cicatrices


Des blessures qui ont du mal à cicatriser !

Jean Dufaux & Jérémy - Barracuda, CicatricesAprès un premier tome très prometteur, la couverture de ce deuxième volet séduit d’emblée. Dévoilant son affreuse balafre, ce nouveau personnage particulièrement sombre attire immédiatement le regard et fait admirablement écho au titre de cette suite tant attendue.

L’apparence particulièrement réussie de ce flibustier qui en jette dès la couverture démontre une nouvelle fois la capacité de Jérémy (Petiqueux) à livrer des personnages bien campés et d’une expressivité impressionnante. Après s’être fait un nom en tant que coloriste de Philippe Delaby sur les excellentes séries «Murena» et «Les complaintes des Landes Perdues», Jérémy parvient donc à se faire un prénom en tant que dessinateur. Au côté d’un scénariste déjà bien ancré dans le milieu, le jeune talent fait preuve d’une maturité surprenante lors de ce premier solo graphique. Dans un style réaliste clairement influencé par son mentor, il propose un dessin de grande qualité, des décors soignés et confirme au passage son savoir-faire au niveau de la colorisation.

Au niveau du scénario, Jean Dufaux effectue un bond de trois ans par rapport aux événements du tome précédent, mais continue de s’intéresser au destin des trois adolescents livrés à eux-mêmes sur cette île infestée de pirates. L’arrivée de Morkam, le beau garçon qui orne la couverture, permet également de découvrir l’histoire du mystérieux capitaine Flynn. Si l’intrigue demeure assez classique et que certains passages semblent un peu faciles (la haine de Raffy qui se transforme trop subitement en amour, le changement d’attitude peu crédible du richissime marchand d’esclaves malgré ce « trou » de trois ans et cet âne de Flynn qui trébuche trois fois sur la même pierre), le scénario s’avère très divertissant et parfaitement maîtrisé. C’est surtout en tournant le dos à la mer et en proposant un huis-clos sur une île aux paysages paradisiaques, mais infestée de pirates sans foi ni loi, que Dufaux parvient à sortir des sentiers battus du genre. Même si le premier volet débutait par un abordage en bonne et due forme, l’aventure se déroule donc majoritairement sur la terre ferme et invite à suivre le destin de Raffy, Maria et Emilio/a. Les lecteurs qui s’attendaient donc à embarquer à bord du navire de l’impitoyable Blackdog à la poursuite du plus gros diamant du monde, devront donc se contenter de la terre ferme de Puerto Blanco. Mais qu’ils se rassurent vite car, malgré une approche plus terrestre, les canons du genre tournent tout de même à plein régime et les amateurs de flibusterie ne ressortiront pas déçus. Chasse au trésor, passes d’arme, beuveries, boucaniers aux faciès marqués et femmes au caractère bien trempé sont donc bel et bien au rendez-vous de cette aventure qui était initialement prévue en trois albums, mais qui, succès oblige, sera finalement plus longue.

Les amateurs d’histoires de pirates ne s’en plaindront certainement pas et auront bien raison de saisir chaque nouvelle occasion de passer à l’abordage de leur librairie favorite !

2 Réponses to “Jean Dufaux & Jérémy – Barracuda, Cicatrices”

  1. Je trouve que tu as bien signalé les petits défauts de cet ouvrage. Une semi déception pour ma part à cause du manque de liant avec le premier tome.

  2. […] en ont parlé: Samba bd, Sin City, Blog Brother, BD […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :