Christophe Blain – Quai d’Orsay T2


Qui a dit que la politique était soporifique ?

Christophe Blain - Quai d'Orsay T2Le premier volume de Quai d’Orsay invitait à suivre les pas d’Arthur Vlaminck, fraîchement engagé par le Quai d’Orsay pour servir de scribe au ministre des affaires étrangères. Tout en faisant connaissance avec les différents protagonistes, le lecteur se retrouvait plongé au cœur d’une machine politique lancée à toute vitesse.

Suite à l’immense succès du premier tome, ce second volet était attendu avec grande impatience et beaucoup de curiosité. Il ne faut que quelques pages pour être à nouveau happé par cet univers bouillonnant et impitoyable, dont l’auteur invite à découvrir les coulisses. Au commande de cette locomotive diplomatique, on retrouve le charismatique ministre Alexandre Taillard de Worms, personnage visiblement inspiré de Dominique de Villepin. Croisement entre un moulin à paroles et un véritable courant d’air, l’homme, épris de belles phrases, vit au rythme de l’urgence politique et inonde ses interlocuteurs d’envolées lyriques. Dans son sillage, le cabinet ministériel tente désespérément de rester accroché au bon wagon, retravaillant les discours après chaque virage du pilote, afin de plaire à certains sans froisser les autres. Un exercice périlleux ayant pour enjeu l’image de la France… et la paix dans le monde. Rien que ça !

Après un premier volet qui servait surtout de mise en place, les auteurs nous servent en effet une histoire beaucoup plus structurée, s’articulant autour d’un duel avec les Etats-Unis concernant la position à prendre vis-à-vis d’un pays du Moyen-Orient accusé de détenir des armes de destruction massive. Opposant d’un côté, des américains prêts à tout pour prouver que Lousdem est un pays terroriste potentiellement dangereux pour la communauté internationale, et de l’autre, la France qui cherche à éviter l’invasion à venir du Lousdem, cette histoire qui n’est pas sans rappeler celle de l’Irak déborde donc de réalisme. Ce combat politique entre un pays qui brandit le poing et l’autre qui riposte de la plume s’avère très intéressant et a même un côté un peu documentaire.

Ayant travaillé dans plusieurs cabinets ministériels, Abel Lanzac nous emmène de manière très crédible dans la frénésie des coulisses de l’univers politique et invite à découvrir le fonctionnement des organisations qui gravitent autour des hommes d’Etat. Si l’ambiance qui y règne est parfaitement rendue, les dialogues ciselés du scénariste sont également emplis d’humour et de cynisme.

Graphiquement le trait nerveux de Blain se place au diapason de la tension qui règne au sein du cabinet ministériel. Sa représentation légèrement burlesque du ministre est magistrale et fait ressortir le dynamisme et le côté théâtral de ce personnage qui, gesticulant à l’image d’un chef d’orchestre, bat la mesure politique de toute une équipe. Un graphisme plein de panache qui sert à merveille cette comédie du pouvoir.

Une saga qui devrait ravir les fans de la série télévisée «The West Wing».

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Publicités

3 Réponses to “Christophe Blain – Quai d’Orsay T2”

  1. Je suis entièrement d’accord avec toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :