Bill Willingham & Mark Buckingham – Fables T14, La guerre des nerfs


Une reddition signée Panini !

Bill Willingham & Mark Buckingham - Fables T14, La guerre des nerfsCe quatorzième tome reprend les épisodes #70 à #75 de la saga US et met fin à la guerre entre les Fables et l’Adversaire.

L’album débute par un épisode assez léger, où Blue se prend un beau râteau et où les Fables de la ferme apprennent qu’ils peuvent rejoindre le nouveau royaume (voir tome précédent) s’ils le désirent. Le lecteur a ensuite droit à une histoire d’espionnage en deux épisodes, où Cendrillon étale tous ses talents d’agent secret en tentant de ramener Pinocchio à Fableville.

Puis vient enfin cette fameuse guerre à laquelle tout le monde se prépare depuis de nombreux tomes. Ceux qui s’attendaient à des hostilités sanglantes axées sur l’action et sur les combats risquent par contre d’être déçus car Bill Willingham propose plutôt une guerre préventive bouclée en seulement trois épisodes. On n’a donc pas droit à un véritable clash entre Fableville et l’Empire mais plutôt à une sorte de walkover entre un Adversaire pris au dépourvu et des Fables particulièrement incisifs et bien préparés. Les gigantesques combats font donc place à une stratégie militaire parfaitement huilée, proposant une attaque millimétrée sur trois fronts : dans les airs en compagnie du Prince Charmant, sur terre avec Bigby et au cœur même de la capitale impériale en compagnie de la Belle au Bois Dormant. Malgré une résistance un peu trop faiblarde, Bill Willingham parvient tout de même à installer un certain suspense et à proposer un scénario intelligent et efficace. Seule la conclusion de cette guerre et le sort réservé à Gepetto me laissent quelque peu dubitatif.

Au niveau du graphisme Mark Buckingham se fait cette fois seconder par Steve Leialoha, Andrew Pepoy (épisode #75) et Niko Henrichon (épisode #70). C’est surtout le style de ce dernier sur le premier épisode de l’album qui tranche un peu avec le reste. Mais la suite est visuellement très réussie avec quelques scènes de bataille autour de Fort Bravo qui valent le détour.

Voilà, cet album signe non seulement la fin de la guerre entre les Fables et l’Adversaire, mais est également le dernier édité par Panini, étant donné que Vertigo passe chez Dargaud en 2012.

À vous Urban Comics !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :