Wilfrid Lupano et Yannick Corboz – L’assassin qu’elle mérite, La fin de l’innocence


Plongeon dans les bas-fonds antisémites du Vienne du début du XXème siècle !

Wilfrid Lupano et Yannick Corboz - L’assassin qu’elle mérite, La fin de l'innocenceAprès un premier tome très prometteur, Wilfrid Lupano (Alim le Tanneur, Azimut, l’Honneur des Tzarom, L’homme qui n’aimait pas les armes à feu, Corpus Crispies) et Yannick Corboz poursuivent la descente aux enfers de cette jeune victime qui se transforme progressivement en criminel.

Après avoir goûté au luxe de la bourgeoisie, la chute de l’échelle sociale s’avère particulièrement pénible pour Victor, qui refuse de retomber dans la pauvreté et bascule dans la délinquance, à la recherche d’argent facile. Suite à ses méfaits du tome précédent, il est traqué par la police et cherche une porte de sortie à sa condition en sombrant dans la criminalité.

Alec, le richissime dandy désabusé qui avait eu l’idée de manipuler ce jeune garçon issu d’un milieu très modeste afin d’influer sur sa nature humaine, a d’ailleurs disparu du paysage, abandonnant sa victime face aux conséquences de ses actes. Le récit s’assombrit incontestablement et plonge le lecteur dans les bas-fonds de Vienne au début du XXème siècle. Si la transformation de Victor est particulièrement réussie et que le travail au niveau des personnages demeure excellent, cette immersion dans les parties les plus défavorisées de la ville permet également de voir que la pauvreté n’est pas seulement un terreau pour la criminalité, mais également pour le développement de thèses antisémites. En abordant le thème de l’extrémisme anti-juif, l’auteur ancre intelligemment son récit dans l’Histoire.

Si l’intrigue est prenante et parfaitement menée, le travail de Yannick Corboz est également excellent. Sont trait réaliste et soigné permet au lecteur de plonger dans l’ambiance du Vienne d’antan et livre des personnages qui remplissent parfaitement leur rôle.

Vivement la suite !

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Publicités

Une Réponse to “Wilfrid Lupano et Yannick Corboz – L’assassin qu’elle mérite, La fin de l’innocence”

  1. […] attachants et foncièrement humains. Si le très prolifique Wilfrid Lupano (Alim le tanneur, L’assassin qu’elle mérite, L’homme qui n’aimait pas les armes à feu, Le singe de Hartlepool, Azimut, Ma […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :