Luc Brunschwig et Cécil – Holmes, Livre III, L’ombre d’un doute


Enquête post-mortem passionnante sur la vie de Holmes !

Luc Brunschwig et Cécil - Holmes, Livre III, L'ombre d'un douteQuatre ans après le deuxième volet, Luc Brunschwig (Lloyd Singer, Le sourire du clownUrban, Car l’enfer est ici, Les enfants de Jessica, La mémoire dans les poches), et Cécil (Le Réseau bombyce) poursuivent avec brio cette revisite du personnage de Sir Arthur Conan Doyle. Débutant l’intrigue après la mort de ce mythe de la littérature mondiale aux chutes de Reichenbach en 1891, c’est à travers le personnage du docteur Watson que l’auteur fait revivre le détective de légende. Au fil des pages de cette enquête post-mortem, Luc Brunschwig remet lentement tout en cause et part à la recherche du vrai visage de Holmes.

L’enquête sur la mort de Sherlock Holmes poursuit dorénavant deux pistes parallèles, l’une en France et l’autre à Londres. Après la visite du manoir familial des Holmes et la rencontre avec Siger Holmes, le père de Sherlock, Wiggins explore la piste de l’infirmière qui s’occupe du vieux, tandis que Watson part en France sur les traces de la nourrice de l’illustre détective. Si la première enquête permet d’en apprendre plus sur le passé du protégé de Sherlock et de découvrir un nouveau personnage charismatique en la personne du docteur Dudley Parks, la seconde est ponctuée d’un rebondissement plus qu’intéressant. Alternant les lieux et les personnages, distillant minutieusement quelques flashbacks afin de lever le voile sur le passé des protagonistes et allant même jusqu’à partager certains de leurs cauchemars, Luc Brunschwig peaufine ses personnages et parsème son récit d’indices et de révélations étonnantes. Tout en livrant une enquête prenante, évoluant sur un rythme lent et faisant preuve d’une fluidité à toute épreuve, Brunschwig continue de soigner le développement psychologique des différents personnages. Après le docteur Watson, le professeur Moriarty, l’intrigant Mycroft et le caractère bien trempé de Siger Holmes, ce sont maintenant Wiggins et le docteur Parks qui sont à l’honneur. Le fait de développer la psychologie des proches de Holmes permet d’ailleurs de mieux cerner la personnalité complexe du célèbre détective et d’en apprendre plus sur son passé. En creusant le mystère qui entoure le héros de Conan Doyle, Brunschwig rend non seulement hommage à son créateur, mais parvient également à faire revivre Holmes au détour de chaque case de cet œuvre qui se déroule pourtant après sa mort.

Si la folie menaçait de s’emparer de Sherlock avant sa chute dans les eaux de Reichenbach, le dessinateur de cette saga est probablement également un grand malade. Ses planches sont époustouflantes de réalisme et font preuve d’un souci du détail que l’on soupçonne maladif. Certains passages, comme l’arrivée à Bordeaux ou les émeutes londoniennes, sont à tomber par terre. Notons au passage que ce soulèvement populaire permettra à Wiggins de croiser un certain Cavendish, les auteurs ne précisant pas s’il s’agit là des ancêtres des deux futurs ténors de l’équipe Sky du Tour de France 2012. Sinon, blague à part, Cécil est un surhomme qui parvient à baigner ce récit dans une atmosphère unique. Les jeux d’ombres sont à nouveau splendides et ces vignettes qui semblent issues d’un vieil album photo plongent le lecteur dans une ambiance rétro qui colle parfaitement à l’Angleterre Victorienne d’antan. Si certains auront probablement le culot de se plaindre du temps qui sépare chacune des parutions de cette saga, je ne peux que m’incliner devant le résultat en disant MERCI. Le cahier graphique réservé à la première édition ne fait d’ailleurs que confirmer que cet album est le fruit d’un travail d’orfèvre et que tout bédéphile qui se respecte se doit de remercier les auteurs à genoux pour la qualité impayable de cette œuvre. Respect messieurs !

Un excellent tome, que vous retrouverez également dans mon Top de l’année, ainsi que dans mon Top du mois.

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

11 Réponses to “Luc Brunschwig et Cécil – Holmes, Livre III, L’ombre d’un doute”

  1. Je ne lis ta critique qu’en diagonale, j’ai bien l’intention de me procurer les deux tomes suivants maintenant que j’ai acheté et lu le tome 1. mais je vois que tu en penses le plus grand bien, ça ne m’étonne pas. Je passe le lien de ton article à Luc Brunschwig, ça lui fera plaisir.

  2. Il faut vraiment que je lise cette série, ça m’a l’air passionnant !

  3. Ton enthousiasme est plus que justifié, c’est une belle série qui commence!

  4. A force de lire des critiques élogieuses sur cette série, il faut à tout prix que je la lise !

  5. Une série qui ne récolte que des éloges et que j’ai hâte de découvrir…!

  6. Je n’ai pas su attendre bien longtemps, je me suis achetée le premier tome pendant ma pause 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :