Nicolas Debon – Le Tour des géants


L’ambiance du Tour de 1910 !

Nicolas Debon Le tour des géants« Le tour des Géants » livre un nouveau one-shot consacré au Tour de France, mais pas n’importe lequel, celui de 1910. 15 étapes herculéennes, 110 coureurs au départ et seulement 41 à l’arrivée et le mystique col du Tourmalet qui figure pour la première fois au programme. Et quel programme !

C’est sous la forme d’un reportage journalistique illustré que Nicolas Debon relate cette course mythique. Au fil des 15 chapitres, un par étape, l’auteur livre ses commentaires sportifs riches en anecdotes. Si ce tour de 1910 est caractérisé par un duel héroïque et passionnant entre Faber et Lapize, l’auteur ne parvient malheureusement pas vraiment à faire ressortir le suspens de cette édition du Tour de France. Une certaine redondance s’installe au fil des étapes et plombe un peu le récit. Par contre, au niveau des anecdotes et de l’immersion au sein de cette époque totalement révolue, cet album s’avère très intéressant.

Le lecteur est totalement plongé dans l’ambiance de ce Tour 1910. L’épreuve s’avère dantesque avec des étapes harassantes sur des vélos de plus de 13 kilos sans dérailleurs. Outre des routes quasi impraticables, souvent rendues mortelles par des conditions météorologiques effroyables, le lecteur découvre les produits et aliments que les coureurs prenaient pour survivre jusqu’à la fin de l’épreuve, les magouilles et trucs qu’ils utilisaient pour éliminer les concurrents, les moyens techniques quasi inexistants, des organisateurs qualifiés d’assassins et des étapes de plus de 400km qui démarrent en pleine nuit. Inimaginable !

Côté graphique, si la couverture est extrêmement séduisante, les dessins de cet auteur issu de l’illustration ne m’ont pas trop convaincu. Un peu à l’image des premières diffusions télévisées de courses cyclistes en noir et blanc, on a du mal à reconnaître ces coureurs qui se ressemblent tous. Si au niveau de l’ambiance, le graphisme fait son boulot, l’espèce de brouillard qui plane sur ces cases aux tons sombres ne rend pas la lecture agréable au niveau visuel. Dommage !

Un récit héroïque qui ravira les amateurs de cyclisme et les nostalgiques de cette époque où les aspects commerciaux n’avaient pas encore gommé cet amateurisme attachant et l’authenticité de ce sport d’endurance. Car si le marathon se court parfois encore pieds nus, le Tour, lui, a bien changé. Quand on entend les plus anciens dire que le Tour de France, ce n’est plus comme avant on a souvent du mal à comprendre. C’est vrai, on a vu des images en noir et blanc à la télé, des anciennes photos d’époque, mais souvent on ne reconnaît aucun de ces héros des générations précédentes du Tour. Tout comme L’Aigle sans orteils, « Le tour des Géants » à le mérite de nous faire vivre l’ambiance du Tour de France avant la première guerre mondiale tout en donnant un visage très humain à cette épreuve.

Vive le Tour !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :