Brian Wood – DMZ T11, Châtiment collectif


Juste avant le bombardement de Manhattan !

Brian Wood – DMZ T11, Châtiment collectifCe onzième tome, qui reprend les épisodes #55 à #59 de la série US, met de côté son personnage principal, afin de se concentrer sur quelques personnages secondaires. Si Brian Wood demeure au scénario, chacun des épisodes est confié à un dessinateur différent, la colorisation de Jeromy Cox assurant une certaine uniformité au niveau du graphisme.

En se concentrant sur d’autres personnages, à l’instar du cinquième volet de cette série, l’auteur propose des visions différentes de ce conflit. Si la plupart des protagonistes et des dessinateurs sont d’ailleurs les mêmes que lors du cinquième tome, l’action se situe cette fois à l’aube des bombardements et de l’assaut final sur la DMZ. Alors que les habitants de Manhattan retiennent leur souffle en attendant cette frappe stratégique sans précédent, l’auteur invite à suivre cinq destinées, cinq personnages et autant de points de vue différents sur cette guerre civile.

La première histoire, dessinée par Andrea Mutti, livre l’histoire d’un civil que cette guerre civile à transformé en un tueur froid, alors qu’il n’avait jamais tenu d’arme avant le début de ce merdier. Le deuxième chapitre, superbement mis en images par Nathan Fox, permet de retrouver le vieux Wilson, ce chef charismatique de la pègre de Chinatown, qui ne se laissera pas impressionner par le danger qui menace son quartier. Cliff Chiang dessine quant à lui un récit plein d’humanité, qui montre Amina, l’ex-terroriste, recueillant un bébé abandonné par sa mère au beau milieu des décombres. Puis, le lecteur retrouve Décade, le tagueur qui était à la recherche de son chef-d’œuvre lors du cinquième volet et qui n’a rien perdu de sa volonté lors de cette histoire mise en images par l’impressionnant Danijel Zezelj (Congo Bill). Et finalement, l’ultime épisode, dessiné par David Lapham, permet de renouer avec un Matty particulièrement généreux.

De très bonnes histoires courtes, situées hors continuité, qui ont le mérité d’offrir une perspective différente sur les événements et d’en apprendre plus sur certains personnages secondaires.

Ils en parlent également: OliV

Publicités

Une Réponse to “Brian Wood – DMZ T11, Châtiment collectif”

  1. excellent avis d’une excellente série !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :