Manu Larcenet – BLAST, La tête la première


FONCEZ, la tête la première !

Manu Larcenet – BLAST, La tête la premièreCe nouveau pavé de 200 pages, troisième volet d’une série qui n’en prévoit plus que quatre, poursuit l’interrogatoire de Polza Mancini, toujours en garde à vue pour les méfaits qu’il a commis. Les policiers tentent de reconstruire le puzzle des événements et si la culpabilité du suspect ne fait aucun doute, les motivations de son acte barbare demeurent cependant inconnues.

A coup de flashbacks, le lecteur poursuit le compte-rendu de cet homme qui a abandonné son foyer pour se mettre en marge de la société, à la recherche du BLAST, cet état second qui lui permet de s’évader d’une réalité qui ne lui a jamais vraiment souri. Une descente aux enfers certes rythmée par la prise d’alcool, de médicaments et de drogues, mais également accompagnée d’une bouffée de liberté et d’une communion avec la nature et marquée par quelques rencontres surprenantes. Après sa rencontre avec Jacky Jourdain, un dealer SDF, lors du tome précédent, Polza Mancini poursuit son errance auto-destructrice. Une descente aux enfers qui passe par un séjour à l’hôpital psychiatrique et par sa rencontre avec Roland Oudinot et ses merveilleux Moaïs, mais qui le rapproche surtout de Carole… celle qu’on le soupçonne d’avoir tuée.

Manu Larcenet prend à nouveau tout son temps pour narrer l’histoire de son personnage, alternant des passages muets pourvus d’une grande force évocatrice et des passages plus verbeux où chaque mot semble néanmoins pesé. Une justesse narrative qui permet de toucher à la personnalité de cet homme et d’aller bien au-delà de sa grasse carcasse, créant énormément d’empathie envers cet homme au casier judiciaire presque aussi imposant que sa masse corporelle. Physiquement, l’homme obèse et répugnant n’a rien pour plaire, mais dans le fond, cet écrivain de profession a quelque chose de poétique et de touchant. C’est avec grand intérêt que le lecteur accompagne l’errance de cet individu en rupture avec la société et qui, depuis sa « tendre » enfance est mis à l’écart. Le but de ce long voyage introspectif est la recherche du prochain BLAST, cet instant magique où il s’évade de son corps pour entrer en communion avec le monde, ce sentiment de plénitude qui, un bref instant, le libère de tous ses maux. Usant d’une narration proche de la perfection, l’homme se livre, partage ses angoisses, ses divagations, ses malaises vis-à-vis de la société et ses réflexions sur le sens de la vie. Un parcours (sur)prenant qui permet à l’auteur d’aborder des thèmes qui lui sont chers, tels que la mort paternelle, l’angoisse, la dépression, l’automutilation et le rejet de l’obésité. Un tome qui permet de plonger dans la noirceur de la nature humaine, dans la spirale auto-destructrice d’un homme privé d’amour paternel et vite qualifié « hors norme » par une société qu’il cherche de plus en plus à quitter… la tête la première.

Graphiquement, nuançant le noir et le blanc avec brio, Manu Larcenet livre une ambiance sombre et glauque et des personnages répugnants, mais d’une grande expressivité. Si les dialogues lors de l’interrogatoire sont accrocheurs et les monologues du personnage central prenant, les moments plus contemplatifs et les silences proposés par l’auteur allient force et splendeur. Et que dire de ces dessins d’enfants (les siens), tout en couleurs, qui viennent interrompre le ballet grisâtre pendant les BLAST ? Ces quelques passages en couleur sont distillés avec justesse et parcimonie. Des collages réalisés par Polza à l’hôpital psychiatrique aux tableaux qui semblent exprimer sa propre souffrance, Larcenet livre un album visuellement exceptionnel.

Découvrez également la bande annonce de ce chef-d’œuvre que vous retrouverez également très bien classé dans mon Top de l’année :

Ils en parlent également : Noukette

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !
Publicités

14 Réponses to “Manu Larcenet – BLAST, La tête la première”

  1. Je vais attendre une période ensoleillée avant d’entreprendre cette lecture qui m’a l’air noire de noire…

  2. j’attends avec beaucoup beaucoup beaucoup d’impatience que mon voisin me le prête!!!

  3. Encore un tome (si j’ai bien compris) et je pourrais tout lire d’un coup, quitte à m’enfiler quelques antidépresseurs par la suite 😉

  4. Effectivement, mieux vaut être dans un bon état d’esprit pour entamer cette lecture choc dont on ne peut ressortir indemne !

  5. ça tombe bien, j’avais besoin d’un blast !
    J’ai pris un gros plaisir de lecture ^^

  6. Je vais écrire ma chronique à moi, et revenir lire la tienne ensuite. Pour un tel ouvrage, je veux être vierge de toute critique extérieure ^^

  7. Il faut être très en forme pour lire cette histoire. J’ai aimé le tome 1 sur le moment et pourtant je n’en garde pas un très bon souvenir. c’est curieux mais je crains la suite.

  8. On est donc revenu à une série en 4 albums… mmh… ^^ Hâte de le lire tout de même celui-ci

  9. Hum… Larcenet parlait de 5 tomes au début. Tu as la source pour le nombre réduit ?
    A la lecture du 3ème opus (et des 3 quasi à la suite même, histoire de), ça peut encore durer un petit bout et franchement, ce serait pas pour me déplaire 🙂

    Je te trouve bien verbeux sur ce titre Yvan en tout cas, ça fait plaisir 🙂

  10. […] chroniques sur le tome 3 : Enna, Noukette, Yvan, Positive Rage, Le coin du […]

  11. […] Scénario et dessin de Manu Larcenet, Paru chez Dargaud FONCEZ, la tête la première ! Manu Larcenet – BLAST, La tête la premièreCe nouveau pavé de 200 pages, troisième volet d’une série qui n’en prévoit plus que quatre, poursuit l’interrogatoire de Polza Mancini, toujours en garde à vue pour les méfaits qu’il a commis. Les policiers tentent de reconstruire le puzzle des événements et si la culpabilité du suspect ne fait aucun doute, les motivations de son acte barbare demeurent cependant inconnues. A coup de flashbacks, le lecteur poursuit le compte-rendu de cet homme qui a abandonné son foyer pour se mettre en marge de la société, à la recherche du BLAST, cet état second qui lui permet de s’évader d’une réalité qui ne lui a jamais vraiment souri… Lire la suite chez Sin City […]

  12. […] avis : PaKa, Yvan, David Fournol, Yaneck, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :