Kyle Higgins et Eddy Barrows – Nightwing, Pièges et trapèzes


Revoilà les hiboux !

Kyle Higgins et Eddy Barrows - Nightwing, Pièges et trapèzesJe n’avais encore jamais lu un tome dédié au Nightwing et je ne comptais pas vraiment m’y mettre. Mais, entre-temps, vous savez tous que je suis incapable de résister aux albums issus de ce fameux relaunch « The New 52 » de DC Comics, rebaptisé Renaissance par Urban Comics. Comme cette remise à zéro des cinquante-deux séries de l’univers DC propose une nouvelle porte d’entrée à tous les néophytes, c’était le moment idéal pour m’attaquer aux aventures de Richard Dick Grayson.

Ce premier volet, imaginé par Kyle Higgins et dessiné par Eddy Barrows (#1-3, #5-7), Eduardo Pansica (#3), Gerald Borges (#6-7) et Trevor McCarthy (#4), contient les sept premiers numéros du relaunch de Nightwing. « Pièges et trapèzes » débute au moment où Dick Grayson vient de revêtir son costume de Nightwing, après avoir passé près d’un an dans la peau de Batman, et se déroule durant les événements du premier tome de Batman – La cour des Hiboux.

Alors que Nightwing nettoie à nouveau les rues de Gotham, il se fait vite rattraper par son passé. C’est le retour en ville du cirque Haly, là où tout a débuté pour celui qui devint ensuite le premier Robin, qui va confronter Dick à son passé. Ce retour en arrière permet non seulement aux néophytes de découvrir l’histoire de ce héros, mais permet surtout à Kyle Higgins de donner un peu plus de profondeur au personnage. L’apparition d’un nouveau tueur, surnommé Saïko, et un team-up avec Barbara « Batgirl » Gordon, permet également au scénariste de proposer une intrigue bien construite, parsemé d’action et de suspense. Mais, le plus intéressant est sans aucun doute, que ce fameux secret, dont la réponse se situe au cœur du cirque, finit par lier ce récit à l’excellente histoire racontée par Scott Snyder dans Batman – La cour des Hiboux. Ces liens qui se tissent progressivement entre ces deux sagas s’annoncent donc très prometteurs pour la suite de cette série.

Visuellement, le travail d’Eddy Barrows est splendide, avec des scènes d’action et des acrobaties qui en mettent plein la vue. Je ne suis par contre pas trop fan des dessins de Trevor McCarthy sur ce quatrième épisode, qui n’est d’ailleurs pas non plus le meilleur au niveau du scénario.

Encore une excellente surprise et un récit qui est quasiment indispensable pour ceux qui lisent la saga Batman – La cour des Hiboux.

2 Réponses to “Kyle Higgins et Eddy Barrows – Nightwing, Pièges et trapèzes”

  1. Je pense que cet album sera au pied de mon sapin à noel. Je l’ai feuilleté en librairie, le dessin m’a beaucoup plus. Et puis bon, j’aime bien le personnage de Dick Grayson.
    Ton avis confirme mes pressentiments.

  2. Je l’ai eu pour 13euro50 et franchement il est juste a tomber par terre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :