Grant Morrison présente Batman: Nouveaux masques


Du Batman sans Bruce Wayne !

Grant Morrison présente Batman: Nouveaux masquesCe tome poursuit le long run de Grant Morrison sur Batman au sein de cette collection DC Signatures, destinée à mettre en valeur le travail d’un auteur sur un héros. Si L’Héritage Maudit, le premier des huit tomes prévus, présentait Damian Wayne, le fils de Bruce issu d’une ancienne aventure avec Talia Al Ghul, et que Batman R.I.P confrontait Batman à une mystérieuse organisation du Gant Noir qui se refermait inéluctablement sur le Dark Knight, celui-ci reprend les épisodes #1 à #9 de « Batman and Robin », ainsi que quelques pages tirées de Final Crisis # 6-7.

Ces pages extraites de Final Crisis, qui reviennent sur le combat mortel entre Batman et Darkseid, permettent de mieux comprendre cette histoire… sans Bruce Wayne. Bruce Wayne étant décédé, c’est donc Dick Grayson qui enfile le costume du Dark Knight afin de combattre le crime dans les rues de Gotham. Afin de reformer le duo légendaire, le nouveau Robin n’est autre que Damian Wayne, le fils de Bruce et de Talia Al Ghul.

Grant Morrison propose donc la naissance d’un nouveau duo, faisant de la relation entre Dick et Damian le point fort de cet album. Le nouvel assistant de Batman n’en fait en effet qu’à sa tête et la collaboration entre les deux est plutôt tendue. L’auteur a également la bonne idée de ne pas recycler les ennemis de Batman, mais d’imaginer de nouveaux vilains. Du dénommé Pyg au grotesque Flamingo, en passant par le retour de Jason Todd en tant que Red Hood, Morrison parsème les débuts de nos amis de plusieurs ennemis intéressants, même si, personnellement, je ne suis pas trop fan du Batman zombie.

Après deux tomes qui empruntaient des chemins particulièrement tortueux, où Grant Morrison mêlait réalité, hallucinations, flashbacks et présent, ainsi que de nombreuses références à des épisodes souvent méconnus, il revient à des histoires beaucoup plus classiques et linéaires. Si les risques de faire une diarrhée mentale en lisant cet album sont donc diminués, le deuxième des trois arcs proposés dans ce troisième volet est malheureusement un peu faiblard. Mais, globalement l’intrigue fonctionne bien, c’est très plaisant à lire et Morrison prouve surtout qu’il est possible de produire du Batman sans Bruce Wayne. Il parvient également à imposer quelqu’un d’autre dans le costume du Dark Knight et installe une ambiance plus violente, qui respecte néanmoins l’univers de Batman.

Visuellement, l’album change de dessinateur à chaque arc. Il est donc un peu navrant de voir partir Frank Quitely après seulement trois épisodes, surtout quand on sait que les meilleurs récits de Morrison sont souvent dessinés par son comparse Frank Quitely. Ce dernier propose une nouvelle fois un style d’une grande justesse qui rend le travail de Morrison agréable à lire. Il restitue parfaitement l’ambiance malsaine du scénario et livre des personnages particulièrement réussis, tels que le Professeur Pyg, Monsieur Crapaud ou Scarlet. Philip Tan ne s’en sort pas trop mal sur le deuxième arc, mais a évidemment le désavantage de passer juste après Frank Quitely. Le troisième arc est dessiné par Cameron Stewart, dans un style plus rond et cartoonesque, qui n’est pas vraiment déplaisant.

Vivement la suite, intitulée «Le Dossier Noir» et déjà prévue en Janvier 2013, car celle-ci permettra de découvrir ce qui est arrivé à Batman après son combat face à Darkseid.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :