Tardi – Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB


Après Spiegelman, un autre survivant raconte…

Tardi - Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIBAprès avoir multiplié les ouvrages sur la Der des Ders, Jacques Tardi se penche pour la première fois sur la Seconde Guerre Mondiale. À l’origine de cette saga, il y a trois cahiers d’écolier datant des années 80, minutieusement remplis par René Tardi à la demande de son fils. C’est sur base de ces souvenirs écrits, ponctués de petits croquis pour mieux visualiser les choses, que l’auteur revient sur les évènements que son père a vécus pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Si la première partie de l’album s’attarde brièvement sur le passé militaire de René et sur ses quelques faits d’armes anecdotiques, il se concentre ensuite sur ses cinq années de captivité dans un camp de prisonniers : le Stalag II B, au nord de l’Allemagne en Poméranie. René Tardi y raconte son quotidien en tant que prisonnier de guerre : la faim, le froid, les projets d’évasion, les problèmes de salubrité, les brutalités, les souffrances physiques et psychologiques, les appels quotidiens, la surpopulation, les travaux proches de l’esclavagisme, le marché noir, les maladies,… l’enfer de la guerre et de ses prisonniers.

Je ne suis pas trop fan de l’approche narrative qui consiste à inclure l’auteur dans l’histoire, sous forme d’un enfant en culottes courtes qui accompagne son paternel tout en le questionnant tout au long de son périple. Si ce questionnement dynamise le récit, tout en permettant d’y ajouter quelques touches d’humour, cette présence m’a dérangé tout au long de l’album. D’un autre côté, cette démarche permet à Tardi d’enfin poser les questions qu’il n’a jamais réussi à lui poser de son vivant. Son père a en effet toujours tenté d’enfouir ce passé de prisonnier, qui semble tellement ridicule face aux exploits du grand-père Tardi dans les tranchées de 14-18. Pourquoi parler de ses années de souffrance, alors qu’il vivait comme un roi comparé aux victimes des camps de concentration et qu’il ne faisait qu’attendre sa libération pendant que les résistants menaient le véritable combat ?

Découpant ses planches en trois cases horizontales panoramiques, Tardi plonge le lecteur dans un rôle de spectateur, décrivant avec minuties le supplice enduré par tous ces prisonniers de guerre. C’est Rachel Tardi, la fille de l’auteur, qui se charge de la colorisation, rehaussant le travail de son père d’aplats gris et de quelques touches de couleur (pour les drapeaux par exemple). On peut même parler de saga familiale, car c’est Oscar (le fils), qui s’occupe de la documentation, alors que dans un des camps décrit dans l’album, René Tardi croise un certain Jean Grange, le futur beau-père de son fils Jacques.

Mais, « Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB » n’est pas vraiment une saga familiale, ni une biographie, mais plutôt un témoignage historique bouleversant, restituant avec brio le calvaire vécu par près de 1,8 millions de prisonniers français durant le conflit 40-45. Une survie dans les camps et une relation père/fils que l’on rangera d’ailleurs fort précieusement auprès de l’inégalable « Maus » d’Art Spiegelman.

Vivement la suite !

Un excellent album que vous retrouverez également dans mon Top de l’année, ainsi que dans ma sélection du Festival d’Angoulême 2013.

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !
Publicités

10 Réponses to “Tardi – Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB”

  1. cette approche narrative dont tu parles me fait encore hésiter !
    Et je ne savais pas qu’il y avait une suite !!! … 😦

  2. La suite ?? Combien de tomes sont prévus ?? Je pensais que c’était un one shot
    Ensuite, je te sens tout de même partagé sur le fond et sur la forme. J’imagine que la présence de ce gamin en culotte courte m’agacera aussi. Un travail de mémoire… un travail de réparation aussi. Tardi semble réparer quelque chose de très personnel avec cet album ??! Spiegelman l’avait fait aussi mais ton parallèle avec Maus me gêne un peu. Je ne sais pas expliquer pourquoi en revanche

  3. Tardi et la seconde guerre mondiale ? Voilà qui doit être intéressant… Dommage effectivement que ce ne soit pas un one-shot…

  4. J’hésite. Je suis Tardi les yeux fermés sur les adaptations de Nestor Burma et des polars de Manchette mais pour le reste j’ai beaucoup plus de mal

  5. je n’ai pas encore lu Maus, mais c’est prévu!
    je note également celui ci car le sujet m’intéresse vraiment!

  6. Là je freine des quatre fers. j’ai un peu de mal avec ce thème !

  7. […] pour raconter dans les détails les conditions d’incarcérations de ces nombreux prisonniers. Yvan souligne qu’à la différence de ses autres récits de guerre, il nous met ici dans une posture […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :