Naoki Urasawa – Happy Tome 15, Be Happy !!


La conclusion d’une excellente saga !

Naoki Urasawa - Happy Tome 15, Be Happy !!Rien de tel que la lecture de la conclusion de cette saga sportive en quinze tomes en suivant les matchs à Roland Garros.

Pour cet ultime tome, Naoki Urasawa recentre son intrigue autour de la petite balle jaune et de son héroïne au courage et à la naïveté inégalables. Il y a donc à nouveau du sport au programme, avec une héroïne plus concentrée que jamais, au moment où elle doit affronter la première joueuse mondiale en finale de Wimbledon.

Le dernier volet de cette saga tennistique se poursuit donc sur les courts du tournoi londonien, célèbre pour son gazon et ses fraises à la crème, mais le mangaka n’oublie pas de dénouer toutes ses intrigues parallèles au passage. Le lecteur a d’ailleurs droit à un véritable défilé de tous les personnages rencontrés au fil de cette saga. De la quête de Thunder Ushiyama au sort du chef yakuza Wanibuchi, en passant par la fin de carrière de la reine du tennis mondial Sabrina Nikolic, Urasawa ne laisse personne sur la touche.

En délaissant régulièrement l’affrontement entre son héroïne et la première joueuse mondiale au profit de la mission de sauvetage menée par Sakurada, l’auteur conclue également une à une les petites intrigues parallèles qu’il a parsemé au fil de cette saga. De la carrière tennistique de Keichiro Ohtori au vol de l’argent de Sakurada, en passant par le sort le sort des enfants retenus en otage par le clan Yuri, les sentiments de la mère Ohtori et les retrouvailles émouvantes entre Thunder Ushiyama et Alan Carrington, Urasawa ne laisse rien au hasard et livre des adieux émouvants à des personnages auxquels il était impossible de ne pas s’attacher.

De plus, au niveau tennistique, en rythmant cet ultime volet par les échanges improbables entre Miyuki Umino et Sabrina Nikolic, Naoki Urasawa parvient à insuffler un véritable suspense à ce récit en apparence très léger. Faisant rebondir son intrigue plus vite qu’une balle de tennis, il exploite parfaitement les sentiments et les faiblesses de ses personnages, dont le fameux genou gauche de Miyuki Umino… tiendra… tiendra pas… sacré Urasawa !

Une série qui m’aura rendu particulièrement « Happy » et qui va donc me manquer…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :