Guillaume Sorel – Hôtel particulier


Huis-clos onirique de l’autre côté du mirroir…

Guillaume Sorel - Hôtel particulierÉtant grand fan de la série Algernon Woodcock et ayant adoré Les derniers jours de Stefan Zweig, je n’ai pas longtemps hésité à me procurer ce one-shot signé Guillaume Sorel.

« Hôtel Particulier » invite à suivre les pas d’une femme qui vient de se suicider et dont le fantôme erre dans l’immeuble qu’elle habitait. Déambulant d’appartements en appartements, avec pour seul compagnon un chat avec qui elle peut parler, elle découvre progressivement l’intimité de ses anciens voisins.

Guillaume Sorel propose donc un huis-clos particulièrement onirique dépourvu de réel fil rouge, mais proposant de découvrir plusieurs tranches de vies, ainsi qu’une histoire d’amour entre la jeune fantôme et un artiste qui habite l’immeuble. Si le côté voyeuriste de cette approche ne manquera pas de ravir la plupart des lecteurs, ils auront probablement plus de mal avec l’aspect fantastique. Au fil du récit, les personnages de l’immeuble ont en effet tendance à se révéler de façon assez surprenante. D’enfants qui disparaissent dans un placard à ce voisin qui organise des fêtes avec des personnages issus de bouquins de sa bibliothèque, en passant par une sorcière qui maltraite des chats ou des gens qui traversent des miroirs, l’imaginaire joue en effet un rôle assez prépondérant dans cet ouvre.

« Les miroirs nous renvoient une réalité bien plate… Pour ceux qui ne savent pas voir la magie du monde »

Si les non-dits, la subtilité et les émotions jouent un rôle important, les textes parsemés de références littéraires (Rimbaud, Pouchkine, Lewis Caroll, Baudelaire…) contribuent également à l’atmosphère poétique dégagé par l’album. Mais la palme revient évidemment au graphisme somptueux proposé par Guillaume Sorel. Son dessin au lavis grisâtre transporte le lecteur aux frontières du réel et s’installe au diapason de cette histoire qui mêle rêve, art, sentiments et poésie.

Si vous avez apprécié ce récit, je vous invite vivement à lire le cultissime Cages de Dave Mc Kean.

Ils en parlent également : Jérôme

Advertisements

7 Réponses to “Guillaume Sorel – Hôtel particulier”

  1. J’ai adoré, je me suis littéralement laissé embarqué par cette ambiance envoûtante.

  2. Jérôme m’a presque mis un couteau sous la gorge pour que je l’achète au salon de la BD d’Amiens. ^^ Je dois la lire d’ici peu !

  3. […] chroniques de Jérôme, A chacun sa lettre, BD blogs Sud-Ouest, Yvan et celle de Jean-Laurent Truc (Ligne […]

  4. Voyeuriste oui mais je trouve que c’est très bien utilisé sans virer dans le malsain ou graveleux. Non vraiment un très bel album 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :