Scott Snyder et Rafael Albuquerque – American Vampire, Le fléau du Pacifique (Tome 3)


Des vampires en pleine guerre du Pacifique !

Scott Snyder et Rafael Albuquerque - American Vampire, Le fléau du Pacifique (Tome 3)1943. Alors que les États-Unis sont en guerre, Henry Preston et Pearl Jones font profil bas à Honolulu. Henry vit cependant assez mal le fait de regarder les années passer, tandis que sa compagne demeure éternellement jeune. Lorsque Lidden Hobbes, le leader de l’organisation des Vassaux de Venus, lui propose de participer à une mission spéciale sur l’île de Taipan, il succombe à son envie de participer activement à la lutte et accepte la proposition. Faisant route vers les côtes japonaises, il ne se doute pas que l’un des soldats à bord n’est autre que Skinner Sweet. Ce dernier n’a pas vraiment apprécié qu’il dévoile son point faible aux Vassaux et semble bien décidé à se venger. Le débarquement promet donc d’être particulièrement explosif !

Ce troisième tome, qui reprend les épisodes US #12 à #18, n’est plus servi par Panini Comics, mais par Urban Comics, qui profite d’ailleurs de l’occasion pour rééditer les deux premiers albums en version cartonnée. En proposant de surcroît le premier volet à seulement dix euros, l’éditeur ouvre grand la porte à tous les retardataires qui n’ont pas encore goûté à cette excellente saga co-imaginée par Stephen King. Le célèbre romancier, qui s’occupait encore des origines de Skinner Sweet lors des débuts, a progressivement laissé les commandes de cette série à Scott Snyder.

Partant de l’idée qu’en changeant d’environnement, les vampires seraient capables d’évoluer, Stephen King et Scott Snyder sont parvenus à tourner le dos aux spécimens issus de la vieille Europe et aux suceurs de sang charmeurs de midinettes. En renouant avec des créatures plus terrifiantes et plus sanguinaires, les auteurs invitent à suivre l’itinéraire d’une nouvelle espèce aux crocs plus longs et ne craignant pas le soleil, tout en parcourant différentes périodes de l’histoire des États-Unis.

Après un passage en 1880, à l’époque de la conquête de l’Ouest, et une suite qui se déroulait dans le Las Vegas des années 1930, cette troisième salve se situe en pleine guerre du Pacifique. En guise d’amuse-gueule, le lecteur a tout d’abord droit à un épisode hors-continuité dédié à Skinner Sweet. Celui-ci y assiste à une représentation théâtrale de sa propre mort des mains du désormais célèbre James Book. Cette ode aux légendes du Far West permet certes d’émouvantes retrouvailles entre Kitty Banks et Sweet, mais se révèle finalement assez anecdotique.

Dès le deuxième chapitre, Rafael Albuquerque, le dessinateur phare de cette saga, reprend les pinceaux du croate Danijel Zezelj et effectue un bond dans le temps pour renouer avec le fil narratif de la série. Si Le fléau du Pacifique permet de retrouver Skinner Sweet, ainsi que les fameux chasseurs de vampires qui animent l’excellent spin-off American Vampire Legacy, il se concentre principalement sur Henry Preston, l’humain marié à la redoutable Pearl Jones. Ajoutant ses monstres assoiffés de sang à l’horreur de la Seconde Guerre mondiale, Scott Snyder mêle à nouveau habilement Histoire et fiction au sein d’un récit violent et sanglant, qui redonne une aura terrifiante aux vampires. Revisitant le mythe des vampires à travers les époques, il livre une aventure haletante, débordante d’action, riche en rebondissements et portée par des personnages très charismatiques.

Au niveau du graphisme, le travail de Rafael Albuquerque s’avère à nouveau remarquable et d’une efficacité rare. Le Brésilien s’installe au diapason de l’ambiance, livre des protagonistes bien campés et déchire lors de chaque attaque de ses monstres. Son trait dynamique et nerveux accompagne parfaitement la sauvagerie dégagée par ces nouveaux vampires et permet d’offrir quelques scènes délicieusement féroces. Notons également l’excellente prestation de Dave Mc Caig à la colorisation, qui parvient même à coller au dessin noir et blanc d’un Danijel Zezelj, qui se passe pourtant généralement volontiers de couleurs.

Vous l’aurez compris, American Vampire est une excellente saga qui ravira tous les mordus de vampires… et qui n’aura aucun mal à contaminer tous les autres…

Retrouvez cet album dans mon Top du mois et dans mon Top de l’année !

Venez discuter de cet album sur BDGest.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :