Alfred – Come prima


Un road-movie d’une justesse époustouflante !

Alfred - Come primaCe qui est bien avec les récits d’Alfred (Le désespoir du singe, Je mourrai pas gibier, Pourquoi j’ai tué Pierre) c’est tout d’abord le plaisir de savoir qu’un nouvel album arrive, puis ce sentiment de bien-être qui perdure même après avoir terminé la lecture. Vous imaginez alors mon bonheur en voyant qu’il s’attaque ici à une œuvre en solo, inspirée de son histoire familiale. Lui qui est capable de s’approprier les histoires d’autrui comme nul autre, comme en témoigne ce chef-d’œuvre où il ne faisait plus qu’un avec son ami Olivier Ka, va donc pouvoir mettre ses propres émotions en images. Il n’en fallait pas plus pour titiller ma curiosité et activer cette joie pavlovienne qui accompagne la vue de son nom sur la couverture d’une bande dessinée.

« Come prima »(« Comme avant ») raconte l’histoire des frères Fratelli qui traversent la France et l’Italie en Fiat 500 (lisez cinquecento) pour rejoindre leur village natal. En invitant à suivre les pas de deux frangins que tout oppose, Alfred livre un road movie aux allures de tragicomédie à l’italienne. Le chemin emprunté par Fabio et Giovanni lors de cet été de 1958 croise inévitablement celui du passé, faisant remonter d’anciennes tensions et ouvrant d’anciennes blessures. L’aîné, devenu boxeur, n’a pas uniquement encaissé des défaites sur le ring. Refusant d’accepter les défaites de sa vie, lui qui a endossé une chemise noire mussolinienne pour échapper à un destin tout tracé, n’est pas vraiment chaud pour rentrer au pays. Le cadet, quant à lui, tente de mettre de côté sa rancœur pour renouer les liens avec celui qui les a trahi, mais envers qui il n’a jamais cessé d’avoir de l’admiration. Au fil du voyage, le lecteur s’attache inévitablement à ces deux protagonistes qui se révèlent, s’affrontent… mais qui au bout du compte s’aiment. Parsemé de pointes d’humour, cette tragédie humaine allie sincérité et émotions. Des sentiments qu’Alfred restitue une nouvelle fois avec maestria sur le plan visuel. De flash-backs plus flous en aplats de couleurs à des cases rougeâtres pleines de colère, en passant par ce quotidien empli de nostalgie qui invite au voyage, l’auteur livre un travail époustouflant de justesse. Multipliant les non-dits et parsemant son récit de pages muettes, il démontre une nouvelle fois sa capacité à révéler des sentiments tellement profonds qu’ils ne s’expriment pas par la bouche. N’étant moi-même pas très bavard quand il s’agit d’exprimer mes émotions, j’apprécie énormément la force évocatrice de ces moments plus contemplatifs.

Encore un coup de cœur signé Alfred, que vous retrouverez également dans mon Top de l’année !

Ils en parlent également: Mo’

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !
Advertisements

27 Réponses to “Alfred – Come prima”

  1. Il faut absolument que je lise cet album: tu en dis tant de bien!

  2. Tu seras surpris si je te dis qu’il me la faut ?
    Je dois lire Je mourrai pas gibier avant en revanche.

  3. Il est arrivé sur ma pal avant hier. Autant te dire que je ne vais pas tarder à le lire.

  4. Tu fais bien de parler de réflexes pavloviens. Car c’est vrai que la vision de certains noms d’auteurs (Alfred, Brunschiwg pour ne citer qu’eux) a également un effet boule de neige dans mon cerveau ^^
    Ravie de te lire sur ce titre Monsieur. Quel plaisir cette lecture !

  5. Celui-là va rejoindre impérativement ma PAL !

  6. Il faut absolument que je découvre le bonhomme !

  7. Je pense que ça va me plaire. Merci pour cette découverte

  8. Bientôt chez moi, impossible de passer à côté d’une telle lecture !!

  9. Encore un titre à ajouter sur la liste de Noël, tellement j’avais aimé « pourquoi j’ai tué pierre »…

  10. Argh, vous me faites regretter de ne pas avoir écouter mon libraire préféré !! Bon, je me le note pour ma liste prè-Noël !!!

  11. J’essaierai de la trouver en bibliothèque

  12. Entre ton billet et celui de Mo… C’est malin, hein 😉

  13. […] en parle (beaucoup) sur les blogs : Sin City, La bibliothèque du Dolmen, La bibliothèque de Noukette, Mes petits bonheurs, D’une berge […]

  14. […] par un amour de BD  , ainsi que les billets de Mo,   Melo,  Stephie,  Sandrine,   Maël,   Yvan,  Jérôme,  Noukette,  Cristie,  Anne,  SD49,    bmsaint-brieuc, Come Prima, Alfred , 2014, […]

  15. […] avis : Mo’, Yvan, David Fournol, Jérôme, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :