Balak, Bastien Vivès et Michaël Sanlaville – Lastman (Tome 3)


Changement de décor !

Balak, Bastien Vivès et Michaël Sanlaville - Lastman (Tome 3)Le troisième volet de ce « manga à la française » signé Yves « Balak » Bigerei, Bastien Vivès et Michaël Sanlaville propose un véritable pied de nez à tous ceux qui croyaient stagner dans l’univers de combats qui accompagnait les deux premiers tomes. Après avoir remporté le grand tournoi annuel organisé par le roi Virgil et la reine Efira, le jeune Adrian Velba et son co-équipier Richard Aldana ont en effet dorénavant quitté la vallée des Rois. Et oui, le ténébreux Richard a disparu sans laisser de traces et le petit Adrien et sa maman comptent bien le retrouver.

L’intrigue prend donc une nouvelle tournure, invitant tout d’abord le lecteur à découvrir un univers hostile proche de Mad Max et reléguant ensuite les deux principaux héros à un rôle de figurant. Richard a en effet disparu et Adrien se fait voler la vedette par sa bombasse de mère qui démontre tous ses talents de boulangère en distribuant des pains aux nombreux malfrats qui font la loi dans ce nouveau monde. Et afin de consoler le lecteur en perte de repères, les trois auteurs situent une grande partie de cette nouvelle intrigue dans un bordel rempli de jolies filles. Comme quoi, c’est finalement une très bonne idée d’enfermer trois types dans un studio !

Enfermés dans ce studio, les franco-mangaka s’imposent néanmoins un rythme de production nippon et ont donc pour mission de produire vingt pages par semaine ou un tome de 200 pages par trimestre. Le résultat est un savant mélange d’action, d’aventure, d’humour et même de sexe, qui est servi avec énormément de savoir-faire et un sens aigu de la narration et de la mise en scène. C’est certes très léger et facile d’accès, mais c’est particulièrement divertissant et cela fonctionne à merveille. Au niveau du scénario les auteurs proposent un récit dynamique au rythme soutenu, qui joue pleinement la carte de l’action. Quant au dessin, il ne s’attarde pas inutilement dans les détails, mais se contente d’aller à l’essentiel. Si les premières pages sont à nouveau en couleurs, la suite se poursuit en noir et blanc, se contentant de quelques nuances de gris.

Et pour ceux qui veulent découvrir la suite à tout prix (et à moindre prix) : la série est également disponible en prépublication gratuite sur le site de Delitoon.

Je suis fan !

Advertisements

4 Réponses to “Balak, Bastien Vivès et Michaël Sanlaville – Lastman (Tome 3)”

  1. Je ne lis pas ton article.
    Parce que je me suis fait prendre au piège. Je ne m’y attendais pas, j’ai eu l’opportunité de lire les deux premiers tomes…. Et je me suis fait avoir. Cette série est totalement putassière pour les trentenaires biberonnés à Dorothé dans mon genre. C’est à peu près tout ce que j’ai aimé gamin et jeune ado.
    Bref, j’ai aimé Lastman…. J’ai aimé du Vives, bon sang, je n’ai pas de volonté…. ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :