Greg Rucka et Bob Gale – Batman – No Man’s Land


Gotham City, isolée du reste du monde !

Greg Rucka et Bob Gale - Batman – No Man’s LandUn tremblement de terre d’une magnitude de 7,6 sur l’échelle de Richter a totalement ravagé Gotham City. Abandonnée à son triste sort, la ville est déclarée zone interdite et exclue du territoire américain par les autorités gouvernementales. Les forces de police, menées par le commissaire Gordon, tentent certes de rétablir un semblant d’ordre dans ce « no man’s land » dirigé par des bandes rivales et des super-vilains, mais les habitants qui n’ont pas voulu ou su évacuer à temps sont toutefois livrés à eux-mêmes… surtout que Batman semble avoir disparu de la circulation.

Cette série prévue en six tomes est la suite directe de Batman – Cataclysme, la saga qui avait fait vaciller l’habitat de l’Homme Chauve-Souris sur ses fondations et plongé Gotham City dans une ère nouvelle. Si le combat face à Mère Nature s’était avéré assez inégal, ce tome reprenant les épisodes Batman: No Man’s Land #1, Batman #563-566, Detective Comics #730-733, Batman: Shadow Of The Bat #83-86, Batman: Legends Of The Dark Knight #116-118, Azrael: Agent Of The Bat #51-55 et Batman Chronicles #16 démontre bien vite que le séisme n’était pas la pire partie du programme.

À l’instar de l’excellente série « DMZ« , « Batman – No Man’s Land » plonge le lecteur dans un environnement hostile, isolé du reste du monde et dominé par l’instinct de survie. Malgré l’improbabilité de ce postulat qui équivaut à l’abandon de la Nouvelle Orléans après le passage de l’ouragan Katrina, ce scénario permet néanmoins de rendre Gotham encore plus terrifiante qu’elle ne l’était avant le séisme. Dans ce monde où la technologie a perdu sa place règne désormais la loi du plus fort, poussant Batman dans ses derniers retranchements et dévoilant de nouvelles facettes des autres personnages du Bat-univers.

Si ce Batman livré à lui-même et dépourvu de gadgets hi-tech s’avère particulièrement intéressant, la plupart des histoires mettent également en avant d’autres personnages. De Jim Gordon, qui doit revoir sa manière de combattre le crime, à cette mystérieuse Batgirl, en passant par un Épouvantail se nourrissant de la peur qui a envahi la cité, cet événement majeur invite à découvrir les différents protagonistes sous un nouveau jour… particulièrement sombre.

Proposant plusieurs histoires de très bonne qualité, ce premier volet permet surtout de faire le point sur les nouveaux rapports de force qui animent cet endroit qui ne ressemble plus du tout à l’ancien fief du Dark Knight. Au niveau du graphisme, les styles varient d’un récit à l’autre, allant de l’excellent dessin d’Alex Maleev aux planches beaucoup moins réussies d’Israeli.

Revenant aux fondamentaux du personnage, « Batman – No Man’s Land » est clairement l’arc à ne pas rater pour tous les fans du Chevalier Noir !

Venez discuter de cet album sur BDGest.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :