Brian Azzarello et Eduardo Risso – 100 bullets, Brother Lono


Lono n’est pas mort !

Brian Azzarello et Eduardo Risso - 100 bullets, Brother LonoAprès l’excellente conclusion de l’incontournable saga « 100 bullets », Brian Azzarello et Eduardo Risso remettent donc le couvert pour nous raconter ce qu’il est advenu de Lono.

Lono, qui s’était fait tirer dessus par Dizzy Cordoba, n’est donc pas mort, mais vit désormais dans un monastère mexicain, où il aide le Père Manny Perez à s’occuper de son église et de son orphelinat. L’ancien Minuteman semble donc vouloir tourner le dos à son ancienne vie, mais c’est évidemment sans compter sur la présence de narcotrafiquants qui sèment la terreur sur la région et qui ne manquent donc pas de venir perturber la sérénité de notre ami… Alléluia !

La trame de cette histoire qui invite notre héros à défendre une petite communauté harcelée par des cartels de la drogue ne sort donc pas vraiment des sentiers battus et l’intrigue de ce spin-off n’apporte certes absolument rien à la série principale, mais le talent narratif d’Azzarello suffit amplement à notre bonheur. De plus, l’auteur propose à nouveau une excellente galerie de personnages, emmenée par un Lono en grande forme, qui tente de contenir sa véritable nature tout au long de l’album.

Mais ce qui caractérise le plus ce récit, c’est la violence qui accompagne cette descente aux enfers des personnages. Dès les premières pages, le lecteur a droit à une scène de torture d’une cruauté extrême et cette violence montera crescendo jusqu’au final particulièrement explosif. Si, comme à son habitude, le scénariste suit plusieurs personnages en parallèle, il parsème ses histoires de scènes-choc qui réservent ce tome à un public averti.

Visuellement, le style bien particulier d’Eduardo Risso continue de faire des miracles, tout comme son sens du découpage époustouflant. Le tout est une nouvelle fois rehaussé par la colorisation experte de Patricia Mulvihill, qui restitue à merveille l’ambiance poussiéreuse, glauque et étouffante de ce bled pourri situé non loin de la célèbre ville far westestienne de Durango.

Un tome qui ravira les amateurs de polars sombres et violents, ainsi que les nombreux fans de « 100 bullets ».

Retrouvez également ce comics dans mon Top de l’année !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :