Julien Blondel, Didier Poli et Robin Recht – Elric, Le trône de rubis


Une adaptation qui en met plein la vue !

Julien Blondel, Didier Poli et Robin Recht - Elric, Le trône de rubisElric est l’adaptation de la saga de Michael Moorcock, qui créa le personnage début des années 60. Pour quelqu’un qui, comme moi, ne connaît pas l’univers d’Elric, la mise en place de ce premier volet pourra sembler un peu trop rapide. Heureusement, l’intrigue, qui repose sur une lutte de pouvoir entre deux membres d’une même famille qui se disputent le trône d’un royaume, est plutôt classique et donc assez facile d’accès.

Au fil des pages, le lecteur découvre un univers sombre et glauque, où esclavage, sacrifices et tortures sont légion. À la tête de cette cité imprenable qui s’est forgée une sacrée réputation au fil des ans, il y a donc le fameux Elric, dont l’autorité est cependant contestée par son cousin Yyrkoon. Ce dernier aimerait en effet renouer avec le passé violent et sanguinaire de son peuple afin de redonner au royaume de Melniboné sa puissance d’antan. Au programme de ce premier tome, nous avons donc la rivalité entre Elric et Yyrkoon et une bonne dose de cruauté et de trahison.

Si l’histoire ne déborde pas d’originalité, la partie graphique est cependant d’une puissance évocatrice époustouflante. Il faut dire qu’à l’instar de la méthode de travail utilisée dans le monde des comics, celle-ci est confiée à un dessinateur, un encreur et un coloriste. Et force est de constater que le trio constitué de Didier Poli, Robin Recht et Jean Bastide fonctionne à merveille et livre quelques planches à couper le souffle. Les trois restituent non seulement avec grand brio l’ambiance malsaine et barbare du scénario, mais en mettent également régulièrement plein la vue.

Une histoire classique, bénéficiant d’une mise en images somptueuse, qui ravira les amateurs du personnage et d’heroïc-fantasy.

Ils en parlent également: Yaneck, Bibliocosme

Advertisements

Une Réponse to “Julien Blondel, Didier Poli et Robin Recht – Elric, Le trône de rubis”

  1. […] Voir aussi : La critique de Yaneck (Chroniques de l’Invisible) et Yvan Tilleul (Sin City) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :