Djian, Olivier Legrand et David Etien – Les Quatre de Baker Street, L’affaire du rideau bleu


L’univers de Sherlock rajeuni !

Djian, Olivier Legrand et David Etien - Les Quatre de Baker Street, L'affaire du rideau bleuJ’étais intentionnellement passé à côté de cette saga au moment de sa sortie car je trouvais que le nombre de bandes dessinées exploitant le personnage de Sherlock Holmes devenait un peu trop excessif et j’étais de surcroît persuadé qu’aucune d’entre-elles ne pouvait atteindre le niveau de l’incontournable « Holmes » de Cécil et Brunschwig. Vu le nombre d’avis positifs générés par cette série au fil des tomes, j’ai néanmoins dû revoir mon opinion.

Cette première aventure plonge le lecteur en 1889, dans le Londres de Sherlock Holmes et invite à faire la connaissance de Black Tom, Charlie et Billy. Ces trois enfants qui vivent dans les rues de l’East End ont la particularité de travailler de temps en temps pour le célèbre détective et son comparse Watson, principalement sur des missions de filature.

Dans ce tome, Betty, la jeune fille dont Black Tom est éperdument amoureux, se fait enlevée et, en l’absence du célèbre détective, les trois amis décident de retrouver eux-mêmes la piste des ravisseurs. Cette histoire de kidnapping imaginée par Djian et Olivier Legrand est donc assez classique, mais très dynamique et plaisante à suivre. Ce récit rythmé par les scènes d’action réussit donc l’exploit de se passer du personnage mythique créé par Arthur Conan Doyle et de le remplacer de manière plus que convaincante par trois francs-tireurs de Baker Street. L’ombre de Holmes est certes présente et le personnage apparaît de manière sporadique, mais il se fait indéniablement voler la vedette par ces trois enfants particulièrement attachants et aux dialogues très amusants.

Le trait dynamique et chaleureux de David Etien colle parfaitement à cette aventure grand public mettant en scène des jeunes héros optimistes et débrouillards. La colorisation lumineuse pourra peut-être surprendre ceux qui sont habitués aux bas-fonds brumeux et sordides de Londres, mais elle sied finalement très bien à l’ambiance plus jeune et plus légère insufflée par les auteurs à l’univers de Sherlock.

Une excellente saga !

Publicités

2 Réponses to “Djian, Olivier Legrand et David Etien – Les Quatre de Baker Street, L’affaire du rideau bleu”

  1. Tu vas voir, c’est toute la série qui est excellente!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :