Mark Waid et Chris Samnee – Daredevil, Le Diable de Californie


Le Diable d’Hell’s Kitchen déménage !

Mark Waid et Chris Samnee - Daredevil, Le Diable de CalifornieLa série Daredevil n’aura pas échappée au reboot All-New Marvel Now, sauf qu’il ne s’agit pas vraiment d’une remise à zéro, mais de la suite directe de la troisième série. Mark Waid et Chris Samnee restent donc aux manettes de cette quatrième série qui profite du déménagement de Matt Murdock pour renuméroter les épisodes. Le seul petit hic de cet album qui reprend les épisodes #0.1 et #1 à #5 de cette « nouvelle » saga, est que Panini a omis de d’abord publier la précédente…

Cette troisième saga (que beaucoup n’auront donc pas lu) se concluait par la radiation du barreau de New York de Matt Murdock, après avoir révélé son identité secrète en plein tribunal. Cette décision a poussé l’avocat à émigrer à San Francisco en compagnie de son amie Kirsten McDuffie afin de pouvoir continuer à exercer son métier. L’album débute heureusement par un épisode introductif consacré au voyage vers la Californie avant de s’intéresser aux premiers pas de Daredevil dans son nouvel environnement.

Lors du voyage, Daredevil doit déjà affronter le Penseur Fou, tandis qu’une fois sur place, il se fait d’abord la main sur quelques petites frappes avant de devoir faire face au Suaire et au Hibou. Le fait que Max Coleridge est également aveugle apporte un petit plus à cette intrigue qui se déroule dans un nouveau décor auquel notre héros n’est pas encore habitué. Si ces affrontements permettent d’insérer une bonne dose d’action au scénario, il faut bien avouer que l’intrigue n’est pas vraiment très passionnante.

Ce qui est plus intéressant par contre, c’est l’acclimatation de notre héros qui prend progressivement ses marques dans cette nouvelle ville. Dorénavant, il collabore également ouvertement avec la police et doit apprendre à gérer ce statut public, tout en se faisant une place en tant que nouveau super-héros de San Francisco. Le dernier épisode, qui revient de manière émouvante sur la mort de son ancien associé Foggy Nelson, est également pas mal, même si la surprise que nous réservent les auteurs n’en est finalement pas une.

Cette saga est également marquée par un ton plus léger et une ambiance moins sombre par rapports aux runs de Frank Miller, Bendis ou Ed Brubaker. Daredevil est beaucoup plus positif et sa relation avec Kirsten est truffée d’humour, sans parler du décor beaucoup plus ensoleillé de Californie par rapport à l’ambiance sombre et pluvieuse d’Hell’s Kitchen. Le dessin légèrement rétro de Chris Samnee et la colorisation plus lumineuse collent d’ailleurs parfaitement à cette nouvelle ambiance. Le travail de Peter Krause sur l’épisode #0.1 est également très bon.

Le seul problème est que pour les lecteurs qui n’ont pas encore lu la troisième série, tous ses changements sont un peu trop brusques car ils ont raté l’évolution progressive des épisodes précédents. Je ne comprends donc pas trop ce choix éditorial de la part de Panini.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :