Matt Fraction et David Aja – Hawkeye, Rio Bravo (tome 4)


La fin d’un remarquable run !

Matt Fraction et David Aja - Hawkeye, Rio Bravo (tome 4)Voici enfin le quatrième et dernier tome des aventures de Hawkeye par le duo Matt Fraction et David Aja. Hawkeye est probablement l’une des meilleures sagas actuellement publiées par Marvel. Récompensée plusieurs fois aux Eisner Awards et présente dans la Sélection Officielle du Festival d’Angoulême 2014, cette série, qui propose des petites histoires plus ou moins indépendantes qui se concentrent sur la vie quotidienne du simple mortel Clint Barton et non sur les exploits de l’Avenger, propose en effet une approche intéressante du personnage et livre une saga très à part dans l’univers super-héroïque.

Si c’est à Matt Fraction que Marvel a confié la lourde tâche de remettre son célèbre archer sur le devant de la scène, le dessinateur vedette de la saga éprouve malheureusement un peu de mal à suivre la cadence de publication. Afin de combler cette lacune, Marvel a eu l’idée de proposer régulièrement des épisodes « fill-in » mettant en scène la side-kick du héros dans des aventures en solo. Après un album « spin-off » avec Kate Bishop dans le rôle principal, qui souffrait malheureusement de l’absence du héros principal et du dessinateur attitré, ce tome qui contient les épisodes #12, #13, #15, #17, #19, #21 et #22, se concentre à nouveau sur les déboires de Hawkeye.

Lors de ce quatrième volet, Clint Barton doit toujours faire face aux mafieux qui gèrent le quartier de Brooklyn dans lequel il vit de manière très modeste, mais il peut non seulement compter sur son chien Lucky et sur le retour Kate Bischop après son voyage à Los Angeles, mais également sur son grand frère. « Rio Bravo » s’ouvre en effet sur le retour de Barney Barton, qui emménage avec Clint et pourra donc lui prêter main forte dans son combat contre le gang des frères en survêt. L’épisode #12, dessiné par Francesco Francavilla, est d’ailleurs parsemé de nombreux flashbacks qui reviennent sur l’enfance difficile des deux frères, permettant ainsi de mieux comprendre leur relation. Le scénariste regroupe ensuite la plupart de ses pistes narratives pour un final explosif, marqué par une prise d’assaut de l’immeuble de Clint… digne de « Rio Bravo ».

Le thème familial insufflé par cet album renforce encore l’empathie envers ce personnage dépourvu de super-pouvoirs et le lecteur s’amuse de nouveau à suivre ses galères quotidiennes. Ces aventures très terre à terre n’ont donc rien de particulièrement super-héroïque, mais elles fonctionnent à merveille. Si le récit permet de découvrir les faiblesses du personnage, loin de sa vie de super-héros et avec beaucoup d’humour, il faut également applaudir la narration, qui est d’une efficacité et d’une originalité redoutable. Du découpage des épisodes en petits morceaux qui se jouent habillement de la chronologie de l’histoire en passant par ce dernier épisode en langage des signes, l’auteur s’essaie à des procédés narratifs très intéressants. L’inventivité graphique de David Aja se place d’ailleurs très vite au diapason de cette narration qui multiplie les allers-retours. L’espagnol, qui collaborait déjà avec Matt Fraction sur Iron Fist, multiplie les trouvailles sympathiques et insuffle beaucoup de dynamisme à ses planches tout en leur donnant un côté rétro qui fait penser aux comics des années 70. Les dessins de Francesco Francavilla, venu remplacer David Aja sur le premier épisode, sont également très réussis. Les couleurs pastel et très violettes de Matt Hollingsworth viennent sublimer l’ensemble. Je suis par contre moins fan de l’épisode #17, dessiné par Chris Eliopoulos, qui propose une parabole en forme de série animée. Cet interlude qui permet certes à David Aja de souffler un peu casse cependant le rythme de l’histoire principale et je cherche encore l’hommage qu’il est censé rendre à « Calvin & Hobbes ».

Bref, le lecteur à droit à un héros foncièrement humain, à une narration intelligente et à une série addictive que tout amateur de comics se doit d’intégrer dans sa collection !

Notons également, l’arrivée d’une nouvelle série, All-New Hawkeye, écrite par l’excellent Jeff Lemire et dessinée par Ramón Pérez.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :