Scott Snyder et James Tynion IV – Batman Eternal (Tome 3)


Encore un nouveau vilain !

Scott Snyder et James Tynion IV - Batman Eternal (Tome 3)Ce troisième et avant-dernier volet reprend les épisodes #27 à #39 de cette saga hebdomadaire lancée à l’occasion du 75ème anniversaire du Dark Knight et qui en compte 52 au total.

Ce troisième tome est un brin meilleur que le précédent car pas mal de sous-intrigues se referment ou se rejoignent. Afin de « remplir » ces 52 semaines, Scott Snyder et James Tynion IV ont en effet imaginé une histoire tentaculaire aux nombreuses ramifications, mais à force de multiplier les personnages et les intrigues secondaires, le récit avait un peu tendance à s’éparpiller, surtout que ces nombreuses menaces ne faisaient pas toujours avancer l’intrigue principale. Certains récits parallèles qui faisaient office de remplissage se referment donc et le fait de recentrer le récit sur Batman et ses déboires est une bonne chose. Le récit passe donc moins d’un groupe de personnages à l’autre, ce qui permet de faire progresser l’intrigue principale plus rapidement.

Les projecteurs sont donc de nouveau dirigés sur le Dark Knight, qui s’enfonce de plus en plus dans le piège machiavélique tendu par ce mystérieux ennemi. Le fait de voir un Batman acculé, dépourvu de ses ressources habituelles et illimitées, est à ce titre assez intéressant. Le point un peu moins positif est cette mauvaise habitude de dissimuler le véritable vilain derrière une flopée d’autres méchants. Carmine Falcone n’était donc que la partie émergée de l’iceberg, avec de nouveaux coupables qui apparaissent tels des poupées russes au fil des tomes. Le procédé n’est certes pas nouveau et comme il fallait tenir un an, les auteurs ont visiblement décidé d’inviter un maximum de personnages issus de l’univers du Chevalier Noir et de les mélanger au sein d’une grande machination visant à faire la fête à Gotham et à son héros le plus célèbre.

Un autre point positif est que, tout en recyclant le folklore de Batman, les auteurs parviennent à livrer quelques personnages très intéressants à suivre. Il y a notamment le commissaire Jason Bard, qui comble le vide laissé par James Gordon de manière plus que convaincante, et dont le rôle devient de plus en plus ambigu au fil du récit. Si j’aime moins le rôle de Catwoman à la tête de la pègre, je reste évidemment fan d’Alfred, que l’on retrouve même en action sur le terrain, et de sa fille Julia Pennyworth.

Visuellement, c’est à nouveau un grand défilé de dessinateurs afin de pouvoir respecter la publication hebdomadaire de cette série. Si cela se ressentait au niveau de l’uniformité graphique lors du tome précédent c’est moins le cas lors de celui-ci, malgré la présence de neuf artistes différents : Javier Garron, Meghan Hetrick, Simon Coleby, Fernando Pasarin, Alvaro Martinez, Fernando Blanco, Andrea Mutti, Felix Ruiz et l’excellent Jason Fabok.

Un bon tome !

Ils en parlent également : Yaneck

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :