Rick Remender – Uncanny X-Force, La solution Apocalypse


La X-Force de Rick Remender !

Rick Remender - Uncanny X-Force, La solution ApocalypseQuand je vois Wolverine sur une couverture, combiné au nom de Rick Remender (Fear Agent, The Last Days Of American Crime, Black Science), je n’hésite pas trop longtemps à me procurer l’album, surtout que la plupart des avis sont dithyrambiques. Et pourtant, je referme cette intégrale qui reprend les épisodes US Wolverine : Road to Hell (III) #1, Uncanny X-Force (Vol. 1) #1 à #10 et #5.1 avec un avis plutôt mitigé.

Au niveau des personnages, il faut cependant avouer que cette équipe de « bad-ass » tient parfaitement la route. Je suis à la base déjà grand fan de Wolverine et les quatre autres membres de nouvelle version de X-force (Psylocke, Fantomex, Deadpool et Archangel) ont également la gueule de l’emploi, sachant que cette équipe doit principalement affronter des menaces qui requièrent des mesures souvent assez extrêmes. Le premier petit hic c’est qu’il vaut mieux connaître le passé des personnages afin d’apprécier pleinement l’utilisation qu’en fait l’auteur. Perso, je connaissais moins bien Fantomex, mais cela ne m’a finalement pas dérangé plus que ça. Non, le gros hic c’est Deadpool ! Même s’il m’a un peu moins énervé que d’habitude, il n’y a rien à faire, je n’accroche pas du tout au personnage et ses vannes à deux balles me pompent. Sinon, au niveau des personnages, pour le reste, c’est nickel : l’auteur utilise à merveille le côté obscur des protagonistes et la relation entre Archangel et Psylocke est parfaitement gérée.

Visuellement, il n’y a pas grand-chose à redire non plus. La première partie, signée Jerome Opeña, est irréprochable et je suis également fan de la mise en images d’Esad Ribic, déjà excellent sur le « Thor » de Jason Aaron. Si ces deux-là ont ma préférence, je ne me plains pas non plus de la présence de Rafael Albuquerque (lisez « American Vampire ») sur l’épisode bonus ou du travail de Billy Tan et Richard Elson sur la fin du volume.

Reste le scénario où, comme d’habitude, Rick Remender nous offre un récit dynamique, riche en rebondissements. Les missions ne manquent pas non plus d’intérêt, avec une première mission où ils doivent affronter Apocalypse version culotte courte, suivie d’un récit impliquant Deathlok. Mais là où le bas blesse vraiment, c’est que je ne suis pas trop fan de science-fiction. Alors, quand on me sert des Cavaliers d’Apocalypse, un Monde virtuel et des versions robotisées de super-héros… j’ai fortement tendance à décrocher.

Bref, le casting est bon, le dessin est bon, le scénario est bon… mais ce n’était pas pour moi car Deadpool + de la SF, ça ne passe pas… même s’il y a Wolverine et Remender pour compenser.

Ils en parlent également : Yaneck

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :