Tsuina Miura et Gamon Sakurai – Ajin, Semi-humain (Tome 2)


Trahisons et tortures !

Tsuina Miura et Gamon Sakurai - Ajin, Semi-humain (Tome 2)Le premier volet de cette saga plongeait le lecteur dans l’univers des Ajin, des êtres immortels qui ont fait leur apparition sur un champ de bataille en Afrique, il y a dix-sept ans de cela. Depuis, les autorités ont dénombré quarante-six exemplaires dans le monde, dont deux au Japon.

Ce tome d’introduction invitait également à faire la connaissance de Kei Nagai, un jeune lycéen de dix-sept ans qui découvre qu’il fait également partie de cette race capable d’immobiliser leurs adversaires en criant et qui devient non seulement la convoitise du gouvernement, qui cherche à le récupérer afin de l’étudier, mais également d’un groupuscule aux intentions plus mystérieuses…

Si le tome précédent proposait une chasse à l’homme haletante, tout en dévoilant un monde peuplé de créatures immortelles, celui-ci s’oriente plus vers un huis-clos et joue un peu plus la carte de l’horreur. Kei fait effectivement la connaissance des deux autres Ajin (Tanaka et Sato, surnommé « Hat »), mais se retrouve très vite dans de sales draps, livré à des humains qui multiplient les expériences horribles sur le corps du jeune lycéen. Ces tests scientifiques qui s’apparentent plus à des véritables séances de torture insufflent donc une bonne dose de violence au récit.

Ce deuxième volet au rythme toujours aussi endiablé s’avère également très prenant. Outre l’envie de découvrir où se situent les limites du pouvoir de ce nouvel Ajin, le lecteur veut aussi savoir si ces expériences parviendront à provoquer un profond sentiment de haine envers les humains chez le jeune homme… comme l’espère Sato !

Si manipulations et horreur sont au rendez-vous de ce second volet, il présente également quelques nouveaux protagonistes, tel que Keisuke Nakajimi, un jeune lycéen qui, en prenant la défense des Ajin, risque bien de se mettre également dans le pétrin. Puis il y a les personnages déjà aperçus précédemment, mais qui prennent ici de l’ampleur, tel que Sato, dont l’aspect manipulateur est fortement mis en avant.

Visuellement, le travail de Gamon Sakurai demeure également excellent. D’un trait dynamique, il livre des scènes d’action très efficaces, ainsi que des créatures à l’aspect aussi mystérieux qu’angoissant.

Bref, après un début très prometteur, ce titre, qui fait des ravages au Japon, semble tenir toutes ses promesses ! Vous pouvez d’ailleurs le retrouver dans mon Top manga de l’année !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :