Tim Wiesch et Eric Powell – Big Man Plans


C’est l’histoire d’un nain assis dans un bar…

Tim Wiesch et Eric Powell - Big Man PlansCe tome reprend une mini-série en quatre épisodes, initialement parus en 2015, imaginée par Eric Powell et Tim Wiesch et mise en images par Eric Powell.

Le récit commence comme une bonne blague car c’est l’histoire d’un nain assis dans un bar… mais l’envie de rire s’estompe très vite. Le petit homme accoudé au comptoir de cet établissement mal fréquenté de Brooklyn en 1979 ne supporte en effet plus trop les brimades dont il est victime depuis son enfance et il vient de surcroît de recevoir une lettre qui fait définitivement déborder le vase au point de se lancer dans une vendetta sans pitié…

Les auteurs développent non seulement la progression de cette quête vengeresse, tout en révélant progressivement les motifs de toute cette haine, mais reviennent également en parallèle sur le passé du nain en entrecoupant les nombreuses scènes sanglantes de flash-backs sur son enfance. La violence a toujours été présente dans l’œuvre d’Eric Powell, mais elle monte ici crescendo pour atteindre des sommets parfois difficiles à soutenir. La colère du personnage principal monte en effet au fil des pages pour aboutir à des scènes de torture particulièrement sadiques.

Heureusement, grâce à une narration très immersive, les auteurs parviennent à partager les sentiments qui animent ce protagoniste qui a été persécuté toute sa vie. Du rejet de sa mère à son intégration dans une section spéciale de l’armée afin d’exploiter sa petite taille dans les tunnels Viêt-Cong lors de la guerre du Vietnam, en passant par des années douloureuses au sein d’un orphelinat, la jeunesse de Big Man n’a en effet rien de réjouissant et débouche sur une quête vengeresse admirablement mise en images par Eric Powell. L’auteur de « The Goon » et de « Chimichanga » a l’habitude de donner vie à des personnages atypiques et livre ici un nain particulièrement endurci, dont le visage devient de plus en plus amoché au fil du récit. La violence exprimée par Eric Powell n’est pas seulement suggérée mais surtout très visuelle, l’auteur ayant visiblement choisi de ne rien nous épargner. Il n’hésite d’ailleurs pas à rendre l’ensemble encore un peu plus crade en montrant régulièrement son personnage avec les parties génitales bien à l’air…

Bref, « Big Man Plans » c’est l’histoire d’un nain dans un bar… qui ne prête pas vraiment à rire…, une vendetta cruelle réservée à un public averti !

Retrouvez cet album dans mon Top comics de l’année !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :