Catherine Meurisse – La légèreté


La lente reconstruction d’une autre victime de Charlie Hebdo !

Catherine Meurisse - La légèretéÀ l’instar de Luz, Catherine Meurisse arrivera en retard à la réunion de rédaction du 7 janvier 2015, échappant ainsi de justesse au massacre perpétré par les frères Kouachi au nom d’Allah. Tout comme son collègue, qu’elle croise d’ailleurs en arrivant sur place et qui l’informe de la prise d’otages, la dessinatrice de presse chez Charlie Hebdo raconte comment elle tente d’oublier cette tragédie et de se reconstruire.

Tout comme dans le « Catharsis » de Luz, le lecteur découvre quelqu’un de brisé, qui ne parvient plus à dessiner et qui entame une longue convalescence. Anesthésiée émotionnellement, Catherine Meurisse revient sur le jour même du drame, sur l’impression de noyade qui suit, sur sa rechute après les attentats du 13 novembre à Paris et sur cette protection rapprochée qui l’étouffe. Si j’ai trouvé cette partie intéressante, voire même bouleversante par moments, j’ai moins accroché à la partie où elle nous relate sa lente guérison à travers la recherche de la beauté. Espérant ressentir le syndrome de Stendhal, elle voyage vers des lieux, tels que la Villa Médicis à Rome, où elle peu côtoyer la beauté et reprendre goût à la vie. N’ayant pas les mêmes sensibilités et le même rapport à l’art et à la beauté que l’auteure, j’ai décroché à partir de là. Par contre, au niveau du graphisme, j’ai accroché du début à la fin.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :