Djian, Olivier Legrand et David Etien – Les Quatre de Baker Street, L’Affaire Moran (Tome 7)


La conclusion du deuxième cycle !

Djian, Olivier Legrand et David Etien - Les Quatre de Baker Street, L'Affaire Moran (Tome 7)Voilà déjà sept tomes que Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand et David Etien déambulent dans le Londres de Sherlock Holmes en compagnie de Black Tom, Charlie et Billy. Si l’aventure avait débuté en 1889, cela fait maintenant trois tomes qu’elle se poursuit après la disparition de Sherlock Holmes dans les célèbres chutes de Reichenbach. Les auteurs continuent de gérer avec grand brio les trois années de disparition de Sherlock Holmes en mettant en scène un héros qui poursuit sa guerre secrète contre les héritiers de son ennemi James Moriarty. Après avoir neutralisé le superintendant Blackstone de Scotland Yard, il ne reste plus qu’à mettre le dernier lieutenant de Moriarty hors d’état de nuire : le redoutable Colonel Moran ! Après avoir fait croire à sa mort pendant trois ans, il est donc grand temps pour Sherlock Holmes de passer à l’offensive… sans oublier ses trois francs-tireurs, qui se retrouvent une nouvelle fois au cœur de l’action car les hommes de main du Colonel Moran sont sur leur piste.

Nous sommes donc en 1894 et nos trois amis qui volaient jusqu’à présent la vedette au personnage mythique créé par Arthur Conan Doyle, doivent dorénavant lui céder un peu de place car ce dernier revient progressivement à l’avant-plan de cette intrigue qui se dirige vers sa conclusion. Olivier Legrand et Jean-Blaise Djian font donc monter le suspense sans oublier de nous réserver quelques bons rebondissements et un final à la hauteur des espérances.

Le lecteur a donc de nouveau droit à une aventure riche en surprises, qui mêle admirablement suspense, scènes d’action et émotion. Outre des personnages particulièrement attachants, le récit peut également compter sur le trait dynamique et chaleureux de David Etien, qui colle parfaitement à cette aventure grand public mettant en scène des jeunes héros optimistes et débrouillards. Malgré le décor sordide des bas-fonds de Londres et quelques passages plus dramatiques, la colorisation demeure assez lumineuse dans l’ensemble, insufflant une ambiance plus jeune et plus légère qu’à la plupart des séries se déroulant dans l’univers de Sherlock.

Bref, une saga incontournable, dont on espère vivement un nouveau cycle et que vous pouvez retrouver dans mon Top BD de l’année !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :